Actualités

19 février 2014 - Mis à jour le 20 janvier 2016

La mission de partenariat international sur l’Ukraine condamne les violences contre les journalistes


La mission de partenariat international sur la sécurité et la protection des journalistes et la liberté de la presse en Ukraine, actuellement à Kiev, condamne fermement les violences qui ont aujourd'hui coûté la vie au correspondant de Vesti, Viatcheslav Veremyi, et blessé au moins 27 journalistes.

La délégation composée d'organisations locales et internationales de défense de la liberté de la presse et de soutien aux médias, dont Reporters sans frontières, appelle les autorités ukrainiennes à autoriser immédiatement une enquête indépendante et transparente afin de traduire les responsables en justice.

"Plus de 167 journalistes ont été blessés depuis le début de la crise politique en Ukraine fin novembre 2013. Nombre d'entre eux ont été délibérément visés et aucun de ces cas n'a fait l'objet d'une enquête sérieuse. Cette impunité est inacceptable et alimente d'autant plus les violences. Nous appelons toutes les parties à faciliter un apaisement de la situation et à respecter le travail et l'intégrité physique des personnels des médias. Nous rappelons aux autorités ukrainiennes leur responsabilité d'assurer la sécurité des journalistes et nous appelons la communauté internationale à user de tous les moyens possibles dans ce but", ont déclaré les membres de la mission.

Le journaliste Viatcheslav Veremyi, agé de 33 ans, est mort de blessures par balles à l'hôpital de Kiev tôt ce matin. En plein centre-ville, il avait été traîné par des assaillants inconnus hors du taxi qui le ramenait de la place Maidan. Selon les témoins, il a été violemment battu, et, après qu'il ait montré sa carte de presse, ses assaillants lui ont tiré dans le ventre.

Au moins 27 journalistes ont été blessés alors qu'ils couvraient les violents affrontements à Kiev les 18 et 19 février. La plupart d'entre eux ont été attaqués par des membres des forces spéciales "Berkut" ainsi que des assaillants non identifiés.

La mission de partenariat international est également gravement préoccupée par les tentatives de censure, telles que le blocage depuis le 18 février du signal de la chaîne de télévision Channel 5.

La mission de partenariat international sur la sécurité et la protection des journalistes et la liberté de la presse en Ukraine regroupe des représentants de l'Union nationales des journalistes d'Ukraine (NUJU), du Syndicat des médias indépendants d'Ukraine (IMTU), de l'Association ukrainienne des éditeurs de presse, des Fédération européennes et internationales des journalistes (EFJ/IFJ), d'International Media Support (IMS), de la Fondation Open Society, de la WAN/IFRA, d'Article 19, de Reporters sans frontières, et du bureau de l'OSCE pour la liberté des médias. La visite à Kiev de la délégation, du 19 au 20 février 2014, a pour but de récolter de l'information de première main sur les violations actuelles de la liberté de la presse en Ukraine, de montrer sa solidarité avec les journalistes en danger et de coordonner les réponses futures à apporter.

(Photos: AFP)