Actualités

9 mars 2020

Irak : un journaliste enlevé en pleine rue à Bagdad

Un journaliste a été enlevé par des inconnus dans la capitale irakienne alors qu’il se rendait à son travail. Reporters sans frontières (RSF) demande l’ouverture d’une enquête dans les plus brefs délais.

Le rédacteur en chef du journal Al-Sabah Tawfik Al-Tamimi venait de quitter son domicile à Bagdad pour se rendre à son travail lundi matin, lorsqu’un groupe d’individus non identifié l’a conduit de force dans une voiture avant de prendre la fuite.


Deux jours avant, Tawfik Al-Tamimi avait publié un message sur son compte Facebook, s’interrogeant sur le devenir du propriétaire d’une maison d’édition et écrivain Mazen Latif, plus d’un mois après sa disparition. Mazen Latif avait été enlevé dans les mêmes circonstances, en pleine rue, par un groupe d’hommes non-identifié. Dans les deux cas, aucune revendication n’a été émise et leurs proches sont sans nouvelle d’eux depuis leur enlèvement. 


Le manque de réactivité et de volonté des responsables politiques encourage les milices à poursuivre leurs enlèvements de journalistes et renforce le sentiment d’impunité, dénonce la responsable du bureau Moyen-Orient de Reporters sans frontières, Sabrina Bennoui. Les autorités irakiennes doivent mener une enquête dans les plus brefs délais pour retrouver le journaliste et traduire en justice les responsables de cet enlèvement.


C’est la troisième fois qu’un journaliste est victime d’enlèvement depuis le début du mouvement de contestation en Irak en octobre 2019. Dans les deux cas précédents, les journalistes ont pu retrouver la liberté assez rapidement. En décembre dernier, le photographe indépendant Zaid Al-Khafaji a été libéré quelques jours après avoir été kidnappé à son retour d’un reportage sur la place Tahrir, à Bagdad. Le mois précédent, le journaliste Muhammad Al-Shamari, membre de l'Observatoire irakien de la liberté de la presse, lié au syndicat national des journalistes, avait été porté disparu pendant 24 heures après avoir été enlevé à son domicile. 


L’Irak occupe la 156e place au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF.