Actualités

20 juin 2018 - Mis à jour le 23 août 2019

Inde : un journaliste sauvagement attaqué au couteau dans l’Etat du Tripura

Le journaliste Suman Debnath a été attaqué au couteau lundi soir dans l'Etat du Tripura (photo : Facebook - The Voice of Tripura / Twitter - Suman Debnath).
Un journaliste d'investigation a été attaqué au couteau lundi 18 juin par des hommes liés à la mafia du pétrole dans l’Etat du Tripura, au Nord-Est de l’Inde. Reporters sans frontières (RSF) appelle les autorités à ne pas laisser cette agression impunie et à assurer la protection du journaliste.

Il a échappé de peu à la mort. Suman Debnath, 30 ans, journaliste d’investigation pour divers médias locaux, a été victime d’un guet-apens et violemment agressé lundi dernier, tard dans la nuit, alors qu’il se trouvait au dépôt pétrolier de la ville de Dharmanagar, dans le nord de l’Etat du Tripura. Le journaliste, connu pour ses enquêtes poussées, avait été contacté par deux hommes impliqués dans le trafic de vol de pétrole pour échanger des informations. Une fois sur place,  l’un d’entre eux l’a attaqué au couteau et a tenté de lui trancher la gorge. Alertés par les cris, des voisins sont rapidement intervenus et lui ont sauvé la vie. Transporté à l'hôpital, ses jours ne sont plus en danger. 


“Nous condamnons fermement cette tentative d’assassinat, déclare le bureau Asie-Pacifique de RSF. Nous appelons les autorités locales à mener une enquête approfondie sur ce cas et à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la protection du journaliste et lui permettre de poursuivre ses enquêtes sans risquer sa vie.”


Si l’un des hommes a été arrêté par la police, le principal suspect, lui, a pris la fuite. Fin 2017, deux journalistes, Shantanu Bhowmick, battu et poignardé à mort, et Sudip Datta Bhaumik, assassiné par balles, ont été tués dans l’Etat du Tripura, en l’espace de deux mois. Depuis janvier 2018, quatre journalistes, dont le célèbre journaliste Shujaat Bukhari assassiné par balles la semaine dernière au Cachemire, ont été tués en Inde.


En chute de deux places dans le classement mondial de la liberté de la presse 2018 que RSF a récemment publié, l’Inde se situe désormais en 138e position sur 180 pays.