Actualités

4 octobre 2019 - Mis à jour le 15 octobre 2019

Hong Kong: une journaliste perd la vue à un oeil alors que les violences policières s’intensifient

PHOTO: PHILIP FONG / AFP
Une journaliste a perdu la vue à l’oeil droit après avoir été touchée par une balle de défense tirée par la police hongkongaise. Reporters sans frontières (RSF) exhorte à nouveau les autorités à garantir la sécurité des journalistes.

Une journaliste du média en langue indonésienne Suara Hong Kong News, Veby Mega Indah, a perdu toute acuité visuelle à l’oeil droit après avoir été touchée au visage, dimanche 29 septembre, par une balle de défense tirée par la police hongkongaise. Mardi 1er octobre, lors des manifestations pro-démocratie menées en parallèle aux célébrations du 70e anniversaire de la République Populaire de Chine, plusieurs journalistes ont aussi été blessés par la police (voir ci-dessous la chronologie de la violence envers médias depuis le début de la crise).


« Avec une journaliste handicapée à vie, la violence à l'encontre de la presse à Hong Kong atteint un nouveau sommet, s’indigne Cédric Alviani, directeur du bureau Asie de l’Est de Reporters sans frontières (RSF), qui exhorte les autorités à « agir sans attendre pour garantir la sécurité des journalistes et lancer sans délai une enquête indépendante sur actes violence commis à leur encontre. »


Depuis le début des manifestations en juin, la police hongkongaise est régulièrement pointée du doigt pour de nombreux cas de violence envers les journalistes. Face à ces attaques, RSF a interpellé la cheffe de l’exécutif hongkongais, Carrie Lam, dans une lettre ouverte qui n’a reçu qu’une réponse empreinte de langue de bois.


Dans le classement RSF de la liberté de la presse, la région administrative spéciale de Hong Kong a chuté du 18e rang en 2002 à la 73e place cette année. 


Quatre mois de violences contre la presse

  • 13 octobre 2019:  Un chauffeur travaillant pour Now TV, nommé Lau, a été touché par un projectile lancé par la police devant le commissariat de Mong Kok et détenu pendant deux heures. Lau, qui affirme avoir été battu, a eu une fracture de la mâchoire nécessitant une intervention chirurgicale. La police de Hong Kong a lancé une enquête interne.
  • 5 octobre 2019: La journaliste américaine Suzanne Sataline a été violemment poussée par la police contre un panneau d’affichage, et momentanément retenue alors qu’elle couvrait les manifestations. Elle affirme avoir été frappée et menacée.
  • 1 octobre 2019:  Des journalistes de Stand News et de RTHK ont été touchés par des tirs de balles de défense. Un journaliste de Local Press a été arrêté et détenu au poste de police pendant plus de 24 heures. Des journalistes de Radio Télévision Hong Kong (RTHK) et d’Apple Daily, entre autres, ont été menacés par des policiers portant des armes à feu.
  • 29 septembre 2019: Dans le quartier de Wanchai, une journaliste du média en langue indonésienne Suara Hong Kong News, Veby Mega Indah, a perdu toute acuité visuelle à l’oeil droit après avoir été touchée au visage par une balle de défense tirée par la police. Dans le quartier de Causeway Bay, la police a attaqué un journaliste avec du gaz au poivre.
  • 24 septembre 2019: Une journaliste d’Apple Daily, qui était déjà victime de harcèlement, a été agressée par quatre hommes masqués alors qu'elle dînait dans les quartier de Sau Mau Ping.
  • 15 septembre 2019: Un étudiant journaliste de troisième année a été arrêté par la police alors qu'il couvrait les manifestations.
  • 7 septembre 2019:  Deux officiers des forces spéciales ont utilisé des sprays au poivre contre des journalistes de l'AFP, de Ming Pao, de HK01 et de Cable TV. Dans le quartier de Yau Ma Tei, un journaliste de Stand News a été frappé par un homme alors qu'il couvrait.
  • 2 septembre 2019: La police a utilisé des doses importantes de spray au poivre contre des journalistes devant le commissariat de Mongkok. Un membre des forces spéciales a jeté à terre un journaliste de Now TV.
  • 31 août 2019: De nombreux journalistes et photographes ont été interdit de couvrir les évènements par la police à proximité de la station de MTR Prince Edward. 
  • 24 août 2019: Une bande mafieuse pro-pékin s’est attaquée à des journalistes de Now TV ainsi qu’à des reporters de RTHK et Oriental Daily se trouvant à proximité, obstruant ainsi leur reportage. 
  • 11 août 2019: Cinq journalistes travaillant pour Radio Television Hong Kong (RTHK), le média en ligne HK01, le quotidien Ming Pao et un autre média non-identifié ont été agressés par un groupe mafieux pro-Pékin dans le quartier de North Point, tandis qu'un journaliste de Stand News a pour sa part été l’objet d’insultes et de menaces.
  • 5 août 2019: Dans le quartier de Sham Shui Po, un étudiant en journalisme a brièvement perdu connaissance après avoir été atteint par une cartouche de gaz lacrymogène tirée par la police. Dans le quartier de Wong Tai Sin, un journaliste du Sing Tao Daily a été victime de tirs de gaz lacrymogène en plein visage. Un groupe mafieux armé de bâtons a attaqué un photographe du média en ligne HK01 dans le quartier de Tsuen Wan. 
  • 30 juillet 2019: Un photojournaliste travaillant pour Apple Daily a été frappé par des policiers dans les parages de la station de police de Kwai Chung, qui ont aussi proféré des menaces à l'encontre d'un journaliste de RTHK. Un grand nombre de journalistes ont été atteints par des gaz lacrymogènes, dont un reporter de Stand News qui a du être hospitalisé.
  • 28 juillet 2019: La police a fait un usage répété de gaz lacrymogènes contre les journalistes dans les quartiers de Sai Ying Pun et Sheung Wan.
  • 21 juillet 2019: Deux journalistes travaillant pour Stand News et Now TV figurent parmi les 45 personnes sérieusement blessées dans une attaque à grande échelle perpétrée à la station de métro Yuen Long par une bande mafieuse armée.
  • 14 juillet 2019: Un journaliste travaillant pour Commercial Radio Hong Kong a reçu un jet de spray au poivre dans le visage et a plus tard été bousculé par la police dans le quartier de Shatin.
  • 7 juillet 2019: Dans le quartier de Mongkok, la police a agressé verbalement et physiquement trois journalistes travaillant pour Apple Daily, HK01 et Metro Radio.