Actualités

26 juillet 2019 - Mis à jour le 30 juillet 2019

Hong Kong : RSF fait cinq propositions pour mettre fin aux violences contre la presse

PHOTO: ANTHONY WALLACE / AFP
Dans une lettre à Carrie Lam, cheffe de l’exécutif hongkongais, Reporters sans frontières (RSF) détaille cinq propositions pour mettre fin aux violences contre les journalistes et rétablir le plein exercice de la liberté de la presse.

Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF), a adressé une lettre à Carrie Lam, cheffe de l’exécutif hongkongais, dans laquelle il détaille cinq propositions pour mettre fin aux violences contre les journalistes et rétablir le plein exercice de la liberté de la presse dans la région administrative spéciale chinoise. 

1/ Acter sans ambiguïté l’abandon du projet de loi d’extradition, dont l’adoption ferait peser une menace majeure sur les journalistes et leurs sources à Hong Kong.

2/ Veiller à ce que les forces de l'ordre s'abstiennent de toute violence ou coercition contre les journalistes et les protègent chaque fois que leur sécurité est menacée.

3/ Veiller à ce que ceux qui réclament, ordonnent, commettent ou glorifient des actes de violence à l'encontre de journalistes soient poursuivis et punis ; et mettre en place une commission indépendante chargée d'enquêter sur les violences.

4/ Faire respecter le plus haut degré de transparence à l'égard des médias dans les affaires publiques.

5/ Donner des instructions sans équivoque à tous les employés de l’administration hongkongaise pour qu'ils soutiennent la liberté de la presse et facilitent le travail des journalistes par tous les moyens.

Au cours des manifestations de masse de ces deux derniers mois, des membres des forces de l’ordre et des manifestants pro-Pékin ont agressé des journalistes à de nombreuses reprises. La violence a culminé le 21 juillet, à la station de métro Yuen Long, lorsqu’une bande mafieuse s’en est pris à des civils, y compris des journalistes, au vu et au su des forces de l'ordre qui les ont laissé faire.

Dans un rapport publié le 7 juillet, l'Association des journalistes de Hong Kong (HKJA) déplorait déjà « l'une des pires années » pour les journalistes depuis la rétrocession de l’ancienne colonie britannique à la Chine et dénonçait « une politique délibérée » de restriction des libertés des journalistes. 

Au classement mondial RSF de la liberté de la presse, Hong Kong est passé de la 18e place en 2002 à la 73e cette année. La Chine, pour sa part, est classée au 177e rang sur 180.

La lettre a été publiée dans les médias suivants:  



Lire la lettre dans son intégralité (en français, anglais et chinois):