Actualités

23 juin 2021

Hong Kong : RSF déplore l’assassinat par asphyxie d’Apple Daily, un des derniers grands médias en langue chinoise critique du régime de Pékin

PHOTO : ANTHONY WALLACE / AFP
Reporters sans frontières (RSF) déplore la fermeture, annoncée mercredi 23 juin, du quotidien Apple Daily, un des derniers grands médias en langue chinoise critique du régime de Pékin, suite au gel de ses actifs imposé par le gouvernement hongkongais la semaine précédente.

La direction du groupe de presse hongkongais Next Digital a annoncé ce mercredi 23 juin 2021 que le quotidien Apple Daily cesserait de paraître à compter du dimanche 27 juin du fait du gel des actifs financiers du groupe imposé par le gouvernement hongkongais, qui le rendent incapable de payer ses employés et ses fournisseurs. La veille, RSF avait saisi d’urgence l’Organisation des Nations unies (ONU), l’appelant à « prendre toutes les mesures nécessaires » pour sauvegarder la liberté de la presse à Hong Kong.


« La mise à mort du quotidien Apple Daily, un des derniers grands médias en langue chinoise critique du régime de Pékin, après des années de harcèlement, envoie un message glaçant aux journalistes de Hong Kong, s’indigne le directeur du bureau Asie de l’Est de RSF, Cédric Alviani. Si la communauté internationale ne réagit pas avec la plus grande fermeté, le président Xi Jinping saura qu’il peut impunément tirer le rideau sur la liberté de la presse à Hong Kong, comme il l’a déjà fait dans le reste de la Chine. »


Le quotidien Apple Daily, lancé en 1995, était l’un des derniers grands médias en langue chinoise à oser diffuser des informations déplaisant au régime chinois et à publier des éditoriaux critiques de ses politiques autoritaires et était depuis des années la cible de harcèlement de la part du gouvernement et du camp pro-Pékin. Le 17 juin, environ 500 policiers ont effectué une descente dans les locaux du quotidien et cinq de ses cadres dirigeants ont été arrêtés sous l’accusation de « complot de collusion avec des forces étrangères », un crime passible de la réclusion à perpétuité en vertu de la loi sur la sécurité nationale imposée l’an dernier par le régime chinois. 


Détenu depuis décembre 2020, le fondateur d’Apple Daily et lauréat du prix RSF pour la liberté de la presse 2020, Jimmy Lai, a quant à lui récemment été condamné à un total de 20 mois de prison pour avoir pris part à trois manifestations pro-démocratie « non autorisées » à Hong Kong en 2019, et fait encore face à six autres procédures, deux d’entre elles pouvant lui valoir la prison à vie. Le 28 mai, RSF avait déjà saisi d’urgence l’ONU en lui demandant de « prendre toutes les mesures nécessaires » pour obtenir sa libération immédiate. 


Autrefois bastion de la liberté de la presse, Hong Kong est passée de la 18e place en 2002 à la 80e place en 2021 au Classement mondial de la liberté de la presse de RSF. La République populaire de Chine stagne pour sa part au 177e rang sur 180.