Actualités

15 juillet 2021 - Mis à jour le 22 juillet 2021

Hong Kong : RSF dénonce la chasse aux sorcières lancée contre l’équipe d’Apple Daily

PHOTO : AFP
Au moins huit anciens membres de l’équipe du quotidien Apple Daily, qui a cessé de paraître le mois dernier, ont été arrêtés ou sont poursuivis par les autorités hongkongaises et risquent la prison à vie. Reporters sans frontières (RSF) déplore cette chasse aux sorcières et réclame leur libération immédiate ainsi que l’abandon des charges qui pèsent contre eux.

------------------------------------------------------------------------------

Actualisation - 21 juillet 2021


Un neuvième membre de l'équipe d'Apple Daily, son rédacteur en chef Lam Man-chung, a été arrêté chez lui par la police  pour "conspiration de collusion avec des forces étrangères".


Le même jour, trois autres anciens membres de l'équipe d'Apple Daily; Chan Pui-manFung Wai-kong et Yeung
Ching-kee
, respectivement éditeur associé, journaliste émérite et chroniqueur; ont été arrêtés une deuxième fois, pour "conspiration de collusion avec des forces étrangères".

------------------------------------------------------------------------------


Après avoir imposé la fermeture du quotidien Apple Daily le mois dernier, le gouvernement de Hong Kong cible désormais son ancienne équipe : au moins huit anciens collaborateurs du groupe ont été arrêtés ou sont actuellement poursuivis pour « conspiration en vue de collusion avec les forces étrangères » en vertu de la loi sur la sécurité nationale imposée par le régime de Pékin, pour laquelle ils risquent la prison à vie. Trois d’entre eux sont encore détenus, dont Jimmy Lai, fondateur d’Apple Daily et lauréat du prix RSF pour la liberté de la presse 2020 (voir les détails plus bas). Le gouvernement a compilé une centaine d’articles, commentaires et vidéos et les a utilisés comme pièces à conviction pour lancer ces procédures à leur encontre, sans donner d’autre explication à leur arrestation.


« En lançant une véritable chasse aux sorcières contre les anciens employés d'Apple Daily, le gouvernement envoie un message glaçant à tous les journalistes qui ont encore le courage de publier des informations indépendantes à Hong Kong » s’indigne le directeur du bureau Asie de l'Est de RSF, Cédric Alviani, qui appelle à « la libération immédiate des trois détenus et à l’abandon de toutes les charges qui pèsent contre les huit accusés. » 


Face à ces arrestations et par crainte d’être à son tour poursuivie, l'équipe du média indépendant Stand News a décidé de retirer tous les articles d’opinion et tribunes de son site, et six de ses administrateurs ont démissionné le 27 juin.


Huit anciens membres d’Apple Daily persécutés

  • Jimmy Lai (détenu) : le fondateur d’Apple Daily, détenu depuis le 2 décembre 2020, fait face à six procédures judiciaires incluant deux charges en vertu de la loi sur la sécurité nationale, ses prochaines audiences se tiendront les 13 et 27 juillet.
  • Ryan Law (détenu) : rédacteur en chef d’Apple Daily, arrêté le 17 juin 2021, en détention et en attente du procès qui se tiendra le 13 août.
  • Cheung Kim-hung (détenu) : directeur général d’Apple Daily, arrêté le 17 juin 2021, en attente d’un procès qui doit s’ouvrir le 13 août.
  • Royston Chow (libéré sous caution) : directeur des opérations d’Apple Daily, arrêté le 17 juin 2021.
  • Chan Pui-man (libéré sous caution) : éditeur associé d’Apple Daily, arrêté le 17 juin 2021.
  • Cheung Chi-wai (libéré sous caution) : rédacteur en chef d’Apple Daily, arrêté le 17 juin 2021.
  • Yeung Ching-ke (libéré sous caution) : éditorialiste et chroniqueur d’Apple Daily (aussi connu sous le nom de Li Ping) réputé pour ses critiques du régime chinois , arrêté le 23 juin 2021.
  • Fung Wai-kong (libéré sous caution) : journaliste émérite et rédacteur en chef du site internet en anglais d’Apple Daily, arrêté le 27 juin 2021 à l’aéroport de Hong Kong alors qu’il s'apprêtait à s'enfuir au Royaume-Uni, d'après la police.


Fin juin, Apple Daily a été contraint de fermer suite au gel de ses actifs imposé par le gouvernement hongkongais, qui l’a rendu incapable de payer ses employés et ses fournisseurs. RSF a récemment procédé à deux saisines d’urgence de l’Organisation des Nations unies, l’appelant à « prendre toutes les mesures nécessaires » pour sauvegarder la liberté de la presse à Hong Kong et notamment obtenir la libération immédiate de Jimmy Lai.


Autrefois bastion de la liberté de la presse, Hong Kong est passée de la 18e place en 2002 à la 80e place en 2021 au Classement mondial de la liberté de la presse de RSF. La République populaire de Chine stagne pour sa part au 177e rang sur 180.