Actualités

4 décembre 2020

Hong Kong: RSF appelle les autorités à mettre fin au harcèlement judiciaire contre le fondateur d'Apple Daily

PHOTO: PETER PARKS / AFP
Reporters sans frontières (RSF) appelle l’exécutif hongkongais à mettre fin au harcèlement judiciaire contre Jimmy Lai, le fondateur du quotidien Apple Daily, qui vient d’être placé en détention sous l’accusation de « fraude ».

Le fondateur du quotidien hongkongais Apple Daily, Jimmy Lai, 73 ans, a été placé en détention le 2 décembre sous l’accusation de « fraude ». Contrairement à deux de ses associés accusés du même délit, il s’est vu refuser une libération sous caution et restera détenu jusqu'à la prochaine audience prévue le 16 avril 2021. Jimmy Lai est déjà accusé « d’intimidation criminelle », de « manifestations non autorisées » et de « collusion avec des forces étrangères », cette dernière charge étant passible de la réclusion à perpétuité.


« À l'heure où le régime chinois tente activement de restreindre la liberté de la presse à Hong Kong, Jimmy Lai est à l’évidence victime de harcèlement judiciaire qui vise à ternir son image de défenseur de la liberté de la presse, s’indigne le directeur du bureau Asie de l’Est de RSF Cédric Alviani, qui appelle les autorités hongkongaises à « libérer immédiatement Jimmy Lai et ses associés et à abandonner toutes les charges contre eux ».


Jimmy Lai est le fondateur d'Apple Daily, un des rares groupes de presse hongkongais osant encore critiquer ouvertement le régime chinois et qui a très largement couvert les manifestations pro-démocratie de l'année dernière.


En juin 2020, le régime chinois a adopté la loi sur la sécurité nationale qui lui permet d'intervenir directement dans la région administrative spéciale de Hong Kong et de sanctionner ce qu'il considère comme des « crimes contre l'État », une réglementation floue qui ouvre la porte à des arrestations arbitraires et peut spécifiquement menacer les journalistes.


Hong Kong, autrefois bastion de la liberté de la presse, est passée de la 18e place en 2002 à la 80e place dans le Classement mondial de la liberté de la presse 2020 RSF. La République populaire de Chine, stagne pour sa part au 177e rang sur 180.