Actualités

15 juillet 2020

Gaza : le Hamas interdit aux journalistes de travailler pour la chaîne Al Arabiya

Le Hamas a décidé d’interdire à tout journaliste de travailler avec la chaîne saoudienne Al Arabiya dans la bande de Gaza, à la suite de la publication d’un article jugé mensonger. Reporters sans frontières (RSF) dénonce une atteinte au pluralisme des médias et appelle les autorités à revenir sur leur décision.

Les autorités du Hamas dans la bande de Gaza ont décidé, ce mercredi 15 juillet, d’interdire à tout journaliste de travailler avec la chaîne saoudienne Al Arabiya et ont informé les deux correspondants basés sur place de leur décision, selon des informations recueillies par RSF. 


La décision fait suite à un article publié le 12 juillet par Al Arabiya, selon lequel plusieurs membres du Hamas accusés d’avoir travaillé pour Israël avaient été arrêtés et un officier avait fui vers l’Etat hébreu. Dans un communiqué publié le même jour, le ministère gazaoui de l’Intérieur avait nié cette publication, dénonçant des “informations fabriquées” et accusant Al Arabiya de “tromperies” et de “répandre des rumeurs et des mensonges”.


Le Hamas doit lever cette interdiction et permettre aux journalistes qui collaborent avec Al Arabiya de travailler librement et en toute pluralité, réagit Sabrina Bennoui, responsable du bureau Moyen-Orient à RSF. Les différends politiques entre le Hamas et les autorités saoudiennes ne justifient en aucun cas l’interdiction pure et simple faite aux journalistes de travailler pour la chaîne - ou pour n’importe quel autre média, quel que soit son positionnement politique.”


Al Arabiya ne dispose plus de bureaux sur place depuis l’arrivée au pouvoir du Hamas en 2006. Mais depuis 2012, et plus précisément depuis l’opération militaire “Pilier de défense” menée par Israël dans l’enclave, il est néanmoins toléré que des journalistes locaux, dont ces deux correspondants, collaborent avec la chaîne et couvrent pour elle les événements les plus importants. 


La Palestine occupe la 137e place au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF.