Actualités

29 mai 2018 - Mis à jour le 30 mai 2018

Etats-Unis: RSF dénonce l’exclusion de journalistes lors d’un sommet de l’Agence de protection de l’environnement

Brendan Smialowski/AFP
L’Agence de protection de l’environnement des Etats-Unis a exclu plusieurs médias du sommet national sur la contamination de l’eau qui s’est tenu cette semaine, une situation inquiétante que dénonce Reporters sans frontières (RSF). Refuser l’accès des journalistes à des événements d’enjeu national organisés par le gouvernement a de graves conséquences sur la liberté de la presse.

Lors d’un sommet organisé le 22 mai par l’Agence de protection de l’environnement (EPA) et dédié à la contamination de l’eau par des produits chimiques, l'agence Associated Press (AP), la chaîne CNN et E&E News, un média spécialisé dans l’écologie, se sont vu refuser l’entrée, sous prétexte notamment d'un manque de place dans la salle. Un journaliste qui avait pu entrer a pourtant indiqué qu’il restait des douzaines de sièges vides. En tentant de passer un point sécurité, Ellen Knickmeyer, reporter chez AP, a été agrippée par des gardes qui l’ont obligée à sortir du bâtiment.


Par ailleurs, d’autres médias qui avaient initialement pu suivre les débats ont été expulsés à la mi-journée, après que l’Agence de protection de l’environnement a décrété l’interdiction du sommet aux journalistes. La mesure a été levée à la suite de la divulgation par l'Associated Press de l’incident impliquant sa journaliste. Tous les médias ont ainsi pu assister aux sessions de l’après-midi. Mais dès le lendemain, l’Agence a de nouveau restreint l’accès au sommet visant cette fois-ci les rédactions de Politico, E&E News, Crown Publishing et un employé de CNN.


« Interdire à des médias de couvrir une conférence sur la propreté de l’eau et aller jusqu’à recourir à la force pour empêcher des journalistes d’entrer est un comportement inacceptable de la part de l’exécutif, a déclaré Margaux Ewen, directrice du bureau Amérique du Nord de RSF. Un tel sommet, organisé pour aborder un enjeu qualifié de “priorité nationale” par l’administrateur de l'EPA, Scott Pruit lui-même, ne devrait en aucun cas être fermé à la presse. Les médias doivent avoir accès aux informations d’intérêt général afin d’en faire part aux premiers concernés : le peuple américain. »


Plusieurs agences et médias interdits d’entrée au sommet - CNN et AP - avaient récemment publié des articles critiquant l’administration de l’Agence. La semaine dernière, Politico a révélé que l’EPA avait tenté d’empêcher la parution d’une étude sur la crise de la contamination de l’eau à l’échelle nationale après qu’un conseiller de Donald Trump l’a averti que l’affaire pourrait devenir « un cauchemar en termes de relations publiques ». En avril, de nombreux journalistes ont par ailleurs dénoncé l’éviction de la presse de la couverture d’une déclaration officielle de Scott Pruitt sur son engagement en faveur de la transparence. Plus tôt ce même mois, ce dernier a organisé un événement avec un « accès presse limité », auquel seule la chaîne Fox News avait été invitée.


Les Etats-Unis se situent à la 45e place du Classement mondial de la liberté de presse 2018 établi par RSF, après avoir chuté de deux places par rapport à l’année dernière.