Actualités

17 juillet 2019

Erol Önderoğlu enfin acquitté dans un procès, un autre se profile

Après trois ans de persécution, le représentant de Reporters sans frontières (RSF) en Turquie Erol Önderoğlu a enfin été acquitté ce 17 juillet, tout comme ses confrères Şebnem Korur Fincancı et Ahmet Nesin. Mais il n’est pas tiré d’affaire : un autre procès à son encontre s’ouvrira le 7 novembre.

Enfin ! Accusés de "propagande terroriste", "d’apologie du crime" et "d’incitation au crime", le représentant de RSF en Turquie Erol Önderoğlu, la défenseure des droits humains Şebnem Korur Fincancı et l’écrivain Ahmet Nesin ont été acquittés ce 17 juillet. Ils étaient poursuivis pour avoir pris la direction symbolique du journal Özgür Gündem, un jour chacun, en 2016. Une manière de défendre le pluralisme face à la persécution de ce titre, fermé manu militari en août 2016.

IMGQui est Erol Önderoglu ?Lire son portraitErol Önderoğlu est désormais visé par un second procès, qui s’ouvrira le 7 novembre. La justice lui reproche cette fois d’avoir manifesté sa solidarité avec des centaines d’universitaires traînés en justice pour une pétition pacifiste. Une action qui lui vaut à nouveau d’être accusé de "propagande terroriste" aux côtés de seize autres activistes.

 

"L'acquittement d'Erol Onderoglu est une victoire exceptionnelle de la justice et de la liberté de la presse dans un pays où l'une et l'autre sont violées chaque jour, déclare Christophe Deloire, secrétaire général de RSF. "Notre profond soulagement est malheureusement teinté d’amertume, puisqu’Erol Önderoğlu est de nouveau appelé à la barre dans quatre mois. Le harcèlement de ce défenseur historique de la liberté de la presse est une profonde injustice. Nous appelons la justice à faire preuve du même bon sens qu’aujourd’hui et à abandonner sans délai ces nouvelles poursuites."

 "Je remercie chaleureusement tous ceux qui nous ont soutenus pendant ce procès, déclare Erol Önderoğlu. Le combat continue pour tous nos collègues injustement poursuivis ou emprisonnés."

La Turquie occupe la 157e place sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse établi en 2019 par RSF. Déjà très préoccupante, la situation des médias est devenue critique après la tentative de putsch de juillet 2016 : de nombreux médias ont été fermés sans aucun recours effectif, les procès de masse se succèdent et le pays détient le record mondial du nombre de journalistes professionnels emprisonnés.