Actualités

9 septembre 2020

Egypte : deux journalistes emprisonnés, l’un d’eux infecté par le Covid-19

Les autorités égyptiennes ont emprisonné deux journalistes du journal Youm 7 dont l’un d’eux était atteint du Covid-19 au moment de son interpellation. Son état de santé s’est dégradé. Reporters sans frontières (RSF) demande leur libération immédiate.

Les familles en ont la confirmation. Deux journalistes du quotidien privé Youm 7, Hany Grisha et Sayed Shehta, ont été condamnés par la justice égyptienne à quinze jours de détention provisoire début septembre. Le premier avait disparu depuis le 26 août et le deuxième le 30 août, au moment où les forces de sécurité avaient fait irruption à leur domicile et confisqué du matériel électronique ainsi que des effets personnels.


Sayed Shehta, accusé d’”appartenance à un groupe terroriste” et de “diffusion de fausses nouvelles”, a été conduit de son domicile de Minya Al-Qamh (nord du Caire) au commissariat voisin de Zagazig, en dépit du fait qu’il était atteint du Covid-19 et en quarantaine chez lui. Selon des médias locaux, il se trouve actuellement menotté sur un lit à l'hôpital de Bilbéis (situé au sud de Zagazig), en soins intensifs, et son état de santé se dégrade. Son cas n’est pas sans rappeler celui du journaliste d’Al Jazeera Mohamed Monir, incarcéré en juin et décédé après avoir contracté le Covid-19 en prison.


Nous demandons la libération immédiate de Hany Grisha et Sayed Shehta, réagit Sabrina Bennoui, responsable du bureau Moyen-Orient à RSF. La cruauté dont les autorités ont fait preuve en menottant Sayed Shehta à son lit d'hôpital malgré son état de santé inquiétant s’ajoute à l’arbitraire le plus total de sa détention. La mort en juillet dernier du journaliste d'Al Jazeera Mohamed Monir, qui a été infecté par le Covid-19 en prison, aurait dû servir de leçon et conduire à plus de clémence !


Selon des informations recueillies par RSF, Youm 7 entretient de bonnes relations avec le pouvoir et a décidé de ne pas prendre position en faveur de ses journalistes. Jusqu’à aujourd’hui, ni les deux collègues ni les familles ne savent quels sont les écrits qui leur sont reprochés.


Par ailleurs, une autre journaliste du même quotidien, Sarah Allam, a appris ce dimanche 6 septembre qu’elle était visée par une plainte en diffamation de l’évêque copte de Maghagha et Adwa. En cause : son livre, sorti en 2019 et compilant une série d’articles publiés sur Youm 7 au sujet de l’évêque Epiphanius, retrouvé mort en juillet 2018. 


L’Egypte occupe la 166e place au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF.