Actualités

20 février 2019

Egypte : deux journalistes arrêtés à leur arrivée à l'aéroport du Caire

from left to right : Ahmed Gamal Zyada and David Kirkpatrick
Deux journalistes de retour en Egypte ont été arrêtés à leur arrivée à l’aéroport du Caire. Un journaliste américain a été expulsé, tandis qu’un photojournaliste égyptien a été emprisonné. Reporters sans frontières (RSF) dénonce cet acharnement contre les journalistes.

A peine arrivé au Caire, le journaliste américain David Kirkpatrick a été expulsé d’Egypte le 18 février, après avoir passé sept heures en détention à l’isolement, dans l’aéroport. David Kirkpatrick avait récemment enquêté sur le sujet sensible des relations israélo-égyptiennes. Il est aussi l’auteur d’un ouvrage sur le retour au pouvoir de l’armée en Egypte “Into the hands of soldiers”, après avoir été chef du bureau du Caire pour le New York Times entre 2011 et 2015.

 

Trois semaines plus tôt, le 29 janvier dernier, le photojournaliste égyptien Ahmed Gamal Zyada, a lui aussi été arrêté par la sécurité à l’aéroport du Caire, alors qu’il revenait d’un long séjour en Tunisie. Cette fois, sa famille a passé deux semaines sans avoir aucune nouvelle de lui, avant de le voir réapparaître en détention. Il serait accusé d’avoir propagé de fausses informations sur les réseaux sociaux. L’accusation de propagation de fausses informations est constamment utilisée en Egypte pour museler les journalistes qui contredisent la parole officielle.  Ahmed Gamal Zyada a déjà passé 16 mois en prison entre 2013 et 2015, pour des accusations similaires, avant d’être innocenté.

 

“De quoi a peur l’Egypte en empêchant les journalistes étrangers de revenir sur son sol, et en arrêtant les journalistes égyptiens? s’interroge le bureau Moyen-Orient de RSF. Plus de trente journalistes sont actuellement en prison simplement pour avoir fait un travail d’information en Egypte. RSF demande aux autorités égyptiennes de cesser cet acharnement et de libérer les journalistes emprisonnés.”

 

L’Egypte occupe la 161e place sur 180 pays dans le Classement 2018 sur la liberté de la presse dans le monde établi par Reporters sans frontières.