Actualités

30 septembre 2014 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Dix ans de prison pour le cyberactiviste saoudien Raef Badawi


Reporters sans frontières dénonce le verdict rendu, le 1er septembre 2014, par la cour d’appel de Riyad qui confirme la peine de dix ans de prison, 1000 coups de fouet et une amende d’un million de rial saoudiens (environ 200 000 euros) pour Raef Badawi, le fondateur du site internet Liberal Saudi Network. Il est accusé d’“insulte à l’islam”.

Raef Badawi est co-fondateur du site internet Liberal Saudi Network, un réseau de discussions en ligne dont l’objectif était d’encourager les débats politiques et sociaux en Arabie saoudite. Ce site Internet lui avait valu, le 7 mai 2014, la condamnation à dix ans de prison ferme, 1 000 coups de fouet ainsi qu’une amende d’un million de rial saoudiens, par la cour pénale de Jeddah pour “insulte à l’islam”. Les autorités saoudiennes ont depuis fermé le site en question.

La confirmation en appel de la décision de justice contre Raef Badawi vient allonger la liste des cyberactivistes emprisonnés dans le royaume. L’utilisation quasi-systématique de la loi anti-cybercriminalité dangereusement liberticide - pour condamner lourdement et abusivement les cyberactivistes saoudiens - vise à réduire à néant toute opposition dans ce pays qui bafoue les droits humains élémentaires, et en premier lieu la liberté d’expression” déclare Virginie Dangles, adjointe à la direction de la Recherche de Reporters sans frontières.

Arrêté le 17 juin 2012, le cyberactiviste est accusé d’avoir violé l’article 6 de la loi anti-cybercriminalité qui stipule que “toute personne qui participe à la production, la préparation, l’émission ou le stockage d’élements allant à l’encontre de l’ordre public, des valeurs religieuses, des morales publiques et de la vie privée, par le biais des réseaux de l’information ou des ordinateurs (...) est passible d’une peine d’emprisonnement, amende ou autre forme de punition”.

Pour rappel l’Arabie saoudite figure à la 164 ème place du classement mondial de la liberté de la presse, établi par RSF.