Actualités

11 février 2016 - Mis à jour le 8 mars 2016

Deux rédactions prises pour cibles à Istanbul : RSF condamne une “violence injustifiable” et appelle au calme


Reporters sans frontières (RSF) condamne fermement les attaques armées perpétrées le 11 février 2016 contre les locaux de deux journaux pro-gouvernementaux.

Türkçe / Lire en turc

La montée des tensions en Turquie se répercute encore une fois sur les médias. Deux attaques successives ont pris pour cibles les locaux de quotidiens pro-gouvernementaux à Istanbul, le 11 février. Vers 5 heures du matin, des individus masqués ont jeté des cocktails Molotov vers l’entrée de la rédaction de Yeni Safak et tiré des coups de feu vers les fenêtres. Une demi-heure plus tard, le siège de la holding Akit Media, qui publie le journal Yeni Akit, faisait l’objet d’une attaque du même type.

“Nous espérons que l’enquête diligentée permettra d’identifier les auteurs de cette attaque injustifiable, déclare Johann Bihr, responsable du bureau Europe de l’Est et Asie centrale de RSF. Cet accès de violence témoigne une nouvelle fois du dangereux degré de polarisation atteint par la société turque. Nous en appelons solennellement au gouvernement, à la classe politique et aux médias de toute obédience pour qu’ils bannissent une fois pour toute la rhétorique agressive et le langage de haine.”

Les attaques ciblées contre des acteurs de l’information se sont multipliée ces derniers mois. En septembre 2015, le célèbre journaliste Ahmet Hakan avait été agressé après avoir fait l’objet de violentes attaques verbales dans le quotidien pro-gouvernemental Star. Quelques semaines plus tôt, les bureaux du quotidien indépendant Hürriyet à Istanbul avaient été attaqués à deux reprises par des manifestants déchaînés. En juillet, une bombe avait été désamorcée devant les locaux de Star.

Les journaux Yeni Akit et Yeni Safak sont réputés pour leurs charges au vitriol contre les critiques du gouvernement, et plus largement contre tous ceux qui s’opposent à leur ligne islamiste et nationaliste.

(Photo: Bianet)