Actualités

23 décembre 2020

Deux nouvelles arrestations en Egypte

La liste des journalistes placés en détention arbitraire en Egypte s’allonge après les arrestations d’un journaliste et d’un blogueur, Reporters sans frontières (RSF) appelle à leur libération immédiate.

Désormais 31 journalistes sont détenus en Egypte, où la répression se poursuit. Le rédacteur en chef du quotidien Al-Shaab, Amer Abdel Moneim a été placé en détention provisoire pour une durée de 15 jours renouvelable après son arrestation en pleine nuit le 18 décembre dernier, à son domicile à Gizeh, dans la capitale, Le Caire. Le journaliste est détenu pour "diffusion de fausses nouvelles" et "participation à des activités terroristes" après avoir été interrogé sans la présence d'un avocat. Ses proches ont indiqué que la santé d’Amer était fragile : il souffre de diabète et vient d’opéré des yeux. Cette interpellation intervient alors que le journaliste a publié ces dernières semaines plusieurs articles critiquant la politique autoritaire du président Abdel Fattah Al-Sissi, et dénonçant les campagnes d'arrestations des journalistes et défenseurs des droits de l’Homme par les autorités égyptiennes. 


Autre nouveau cas : à peine un mois après sa libération en octobre dernier, le blogueur Shady Abou Zeid a de nouveau été arrêté après sa condamnation en appel à six mois de prison pour “diffamation contre le ministère de l’Intérieur”. La Cour d’appel a confirmé la condamnation en 2016 du blogueur par le Tribunal correctionnel de Qasr Al-Nile, à la suite d’une vidéo satirique dans laquelle il a piégé des policiers. Shady avait déjà été emprisonné une première fois en mai 2018 et a été en détention provisoire pendant plus de deux ans après l’ouverture de deux enquêtes contre lui, notamment pour “diffusion de fausses nouvelles” et “appartenance à un groupe terroriste”.


“Il est consternant de voir que les autorités égyptiennes continuent de bafouer le droit de l’information et procède à de nouvelles arrestations et détentions arbitraires de journalistes et de blogueurs, déclare la responsable du bureau Moyen-Orient de RSF, Sabrina Bennoui. Nous appelons à la libération immédiate des 31 journalistes détenus en Egypte.” 


Ces arrestations interviennent alors que le Parlement européen a adopté la résolution 2912 qui “condamne le plus fermement possible la poursuite et l’intensification de la répression menée par les autorités nationales et les forces de sécurité en Egypte contre les défenseurs des droits de l’homme, les journalistes, les blogueurs, les syndicalistes etc”. Ce texte a déplu à la classe politique égyptienne qui a considéré la démarche du Parlement européen comme une forme d’ingérence dans les affaires de l’Etat. 


L’Egypte occupe la 166e place sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF.