Actualités

24 février 2020 - Mis à jour le 26 février 2020

Début de l’examen de la demande américaine d’extradition de Julian Assange par la justice britannique : RSF renouvelle son appel pour sa libération

Alors que la justice britannique démarre l'examen de la demande américaine d’extradition de Julian Assange, Reporters sans Frontières (RSF) renouvelle son appel en faveur de sa libération et demande que le Royaume-Uni ne se soumette pas à l’exigence des Etats-Unis. Dans la foulée de l’opération menée par RSF le 23 février devant la prison de Belmarsh, une délégation de RSF suivra l’audience d’extradition qui démarre le 24 février.

Des représentants de RSF seront présents du 24 au 28 février à la Cour de Woolwich Crown de Londres pour suivre le début de l’examen de la demande d’extradition américaine contre le fondateur des Wikileaks Julian Assange. La délégation comprendra le Secrétaire général de RSF, Christophe Deloire, la directrice du bureau de RSF à Londres, Rebecca Vincent ainsi que  le directeur de RSF-Allemagne Christian Mihr.

 

“Nous sommes ici pour témoigner de notre grave préoccupation vis-à-vis de la persécution permanente que subit Julian Assange et pour appeler une nouvelle fois à sa libération. L’extrader aux Etats-Unis, où il ferait face à des accusations en rapport avec ses contributions journalistiques, constituerait un dangereux précédent. Le monde entier observe ce qui se passe à Londres cette semaine et le Royaume Uni a l’unique opportunité de prouver ses déclarations en matière de défense globale de la liberté de la presse,” a déclaré le Secrétaire général de RSF, Christophe Deloire.

 

“C’est une étape nouvelle pour nous d’entreprendre ce type de mission internationale de contrôle des procès dans un pays historiquement démocratique, alors que ce type de mission est plus fréquente dans les pays moins bien notés dans le Classement mondial de la liberté de la presse de RSF.  Cette audience revêt une importance particulière au niveau international et les représentants des bureaux de RSF présents ici aujourd’hui appellent une nouvelle fois le gouvernement britannique à privilégier la liberté de la presse et la protection des sources des journalistes et à ne pas se soumettre à la demande d’extradition américaine,  déclare la directrice du bureau britannique RSF Rebecca Vincent

 

RSF s’oppose fermement à la possibilité d’une extradition de Julian Assange aux Etats-Unis et a lancé une pétition appelant le Royaume Uni à ne pas céder à la demande américaine. RSF considère qu’Assange a été visé en raison de ses contributions journalistiques alors qu’il publiait des informations d’intérêt public et que cette persécution comporte des implications extrêmement inquiétantes vis-à-vis du journalisme d’investigation et de la liberté de la presse.

 

RSF est par ailleurs très préoccupée par l’état de santé de Julian Assange suite à la publication du compte-rendu alarmant du rapporteur spécial des Nations Unis Nils Melzer après sa visite à Assange en prison. Melzer affirme qu’Assange a été délibérément exposé à un traitement inhumain et dégradant qui pourrait être qualifié de torture psychologique. 

 

Le Royaume-Uni et les Etats-Unis se situent respectivement au 33ème et au 48ème rangs sur 180 pays dans le Classement mondial de la liberté de la presse de RSF.