Actualités

1 avril 2020 - Mis à jour le 3 avril 2020

Corée du Nord : toujours « zéro cas » de coronavirus, RSF appelle à la transparence

RSF appelle le régime nord-coréen à laisser les médias internationaux vérifier par eux-mêmes qu’il n’y a toujours pas de cas de coronavirus comme il le prétend.

Alors que la pandémie de coronavirus continue de se propager, les autorités nord-coréennes n’ont toujours pas reporté de cas en dépit de frontières communes avec deux anciens foyers de l’épidémie, la Chine et la Corée du Sud. Début mars, le média d'État nord-coréen Rodong Sinmun a pourtant rapporté que des milliers de personnes avaient été placées en observation médicale suite à des symptômes similaires à ceux du coronavirus. La Corée du Nord, bien qu’elle affirme ne pas être touchée par l’épidémie, a néanmoins demandé de l’aide à la communauté internationale pour pouvoir lutter contre le virus.


RSF appelle le régime de Pyongyang à sauver des vies en étant totalement transparent sur les chiffres de contamination et à laisser les médias internationaux enquêter sur le sujet.


« Puisque les autorités nord-coréennes demandent le soutien de la communauté internationale, elles doivent lui permettre de bien mesurer la gravité de la situation et l’ampleur de l'aide nécessaire, insiste Cédric Alviani, directeur du bureau Asie de l’Est de Reporters sans frontières (RSF), qui appelle le régime à « mettre fin au black-out médiatique ».


Avec un contrôle presque total des communications et des médias, le régime totalitaire nord- coréen, dirigé par Kim Jong-un, maintient ses citoyens à l’écart du monde. Malgré la présence d'agences de presse étrangères, dont l'Agence-France Presse (AFP), Associated Press (AP) et Kyodo News Agency, les médias internationaux sont soumis en Corée du Nord à une étroite surveillance qui rend impossibles les reportages indépendants.


La Corée du Nord se situe au 179e rang sur 180 dans le Classement mondial RSF de la liberté de la presse 2019.