Actualités

25 août 2021

Brésil : RSF condamne la tentative d’homicide contre le journaliste Vinícius Lourenço dans l’État de Rio de Janeiro

Live "Impacto News" 03/08/2021
Après la tentative d’homicide contre le journaliste Vinícius Lourenço et l’incendie criminel contre le véhicule du blogueur Eduardo César à Magé, municipalité de l'État de Rio de Janeiro, Reporters sans frontières (RSF) appelle les autorités à mener des enquêtes exhaustives et transparentes afin de ne pas laisser ces crimes impunis et à protéger les deux journalistes.

“Ils ont essayé de me faire taire, mais grâce à Dieu, je suis ici”. Dans la soirée du 17 août 2021, le journaliste Vinícius Lourenço, fondateur du site d’information Portal Impacto News, a été attaqué par balle dans son véhicule alors qu’il roulait entre Piabetá et Magé, deux villes de l'État de Rio de Janeiro. Malgré un tir visant directement sa tête, le journaliste s’en est sorti indemne grâce au véhicule blindé avec lequel il circule depuis dix ans. Bien qu’il n’avait pas signalé de menaces, le journaliste a affirmé dans une vidéo enregistrée devant le commissariat de police de Magé que cette tentative de meurte était étroitement liée à son activité journalistique. 


Le 8 août dernier, le blogueur Eduardo César était lui aussi ciblé par une attaque à Magé : son véhicule, stationné devant son domicile, était incendié pendant la nuit. Sur son blog Tarja Preta News, Eduardo César affirme que l’incendie était criminel, car l’une des portes de la voiture était enfoncée et que le feu avait pris sur la banquette arrière. 


Vinícius Lourenço et Eduardo César ont en commun de couvrir les actualités et la politique dans la ville de Magé, et notamment les divers problèmes liés à la gestion du maire Renato Cozzolino. Le 17 août, le jour même de l’attaque contre Vinícius Lourenço, les deux hommes ont fait un live Facebook pour évoquer l’attaque contre Eduardo César. Dans cette vidéo, le blogueur de Tarja Preta News déclare “se considérer comme un homme déjà mort”. 


“Ces attaques sont extrêmement préoccupantes et ne peuvent rester impunies. Il est inacceptable que des journalistes travaillant sur des sujets liés à la politique locale puissent subir des agressions d’une telle violence, déclare le directeur du bureau Amérique latine de Reporters sans frontières (RSF), Emmanuel Colombié. RSF exhorte les autorités à mener une enquête exhaustive et exemplaire sur cette tentative d’homicide et cet incendie criminel, et à assurer la protection des deux journalistes.” 


Le programme national de protection des journalistes, par l’intermédiaire de sa branche locale basée dans l’Etat de Rio de Janeiro, avec qui RSF est en contact, ont signalé suivre et accompagner ces deux cas. 


Le Brésil demeure un pays particulièrement violent pour la presse, notamment au niveau local. Les journalistes y sont fréquemment attaqués voire assassinés pour leur travail. Dans la plupart des cas, ces reporters, animateurs radio, blogueurs et autres acteurs de l’information pris pour cible, enquêtaient sur des thèmes liés à la corruption, aux politiques publiques ou au crime organisé, plus particulièrement dans les petites et moyennes villes du pays, dans lesquelles ils sont plus vulnérables.


Le Brésil occupe la 107e place sur 180 pays dans le Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF.