Actualités

28 juillet 2016

Bélarus: RSF demande la libération du blogueur "Jhon Silver", emprisonné depuis six mois

Crédit: Courtesy Photo
Reporters sans frontières (RSF) appelle à plus de transparence dans le procès d’Edouard Paltchys, blogueur bélarusse plus connu sous le nom de Jhon Silver, et à une révision de la législation bélarusse en matière de délit de presse.

Voici déjà six mois que le blogueur Edouard Paltchys, alias "Jhon Silver", se trouve en détention provisoire. Gérant du site 1863x.com, Edouard Paltchys avait été arrêté par le KGB bélarusse en mai 2015 et enfermé “pour expertise” dans un hôpital psychiatrique où il a passé un mois dans des conditions carcérales, sans droit de visites ni accès à l’eau chaude. Après sa sortie, il lui a été notifié que deux chefs d’inculpation pesaient contre lui : “incitation à la haine raciale”, sur la base de deux articles politiques postés sur son blog, passible d’une amende et jusqu’à 5 ans de prison ; et “diffusion de contenu pornographique”, pour un collage utilisé comme illustration, passible de 2 à 4 ans de prison. Fin août, craignant un procès arbitraire, Edouard Paltchys a quitté le Bélarus pour l’Ukraine.


“Nous appelons à la libération conditionnelle d’Edouard Paltchys, dont l’emprisonnement préventif est totalement disproportionné face aux charges pesant contre lui”, a déclaré Johann Bihr, responsable du bureau Europe de l’Est et Asie centrale de RSF. “Les posts et illustrations doivent également être étudiés par des organismes indépédendants, telle que l’Association des journalistes bélarusses. D’autre part, il est impératif que la législation bélarusse évolue en matière de délit de presse. Les sanctions encourues, jusqu’à cinq ans de prison, sont absolument démesurées.”


En janvier 2016, le blogueur a été arrêté alors qu’il séjournait en Russie et incarcéré jusqu’à son extradition vers Minsk début juin. Le 14 juin, l’association de défenseurs des droits humains Viasna s’est plainte des obstructions faites à l’avocat de la défense, qui n’avait toujours pas pu rencontrer son client. Le lendemain, l’avocat fut autorisé à se rendre à la maison d’arrêt pour rencontrer son client. Jusqu’à ce jour, personne n’a eu accès aux documents incriminés et, conséquemment, aucune expertise indépendente ne peut être menée à l’heure actuelle. Une manifestation de soutien à Edouard Palchys[1] s’est tenue le 23 juin à Minsk.


Le Bélarus occupe la 157e place sur 180 pays dans le classement 2016 de la liberté de la presse de RSF.