Actualités

22 juin 2021

Au Maroc, le secrétaire général de RSF lance un appel d’urgence au roi Mohamed VI

Face à l’inquiétant état de santé de deux journalistes marocains en détention depuis plus d’un an, une délégation de Reporters sans frontières (RSF) s’est rendue au Maroc pour assister à leurs procès. Le secrétaire général de l'organisation appelle le roi Mohamed VI à intervenir pour éviter le pire.

Le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire, s’est rendu ce mardi 22 juin au tribunal de Casablanca, où se déroulent les procès des journalistes Souleiman Raissouni et Omar Radi. La délégation, composée également de Samir Bouaziz, du bureau Afrique du nord de l’organisation, basé à Tunis, a assisté aux audiences.

 

Le Roi peut éviter la mort d’un homme. Seule l’institution royale est aujourd’hui en mesure d’éviter une catastrophe humaine et pour la liberté de la presse”, a déclaré le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire, lors d’une conférence de presse devant le tribunal de Casablanca. En tant que garant des droits et libertés des citoyens marocains, le Roi est le garant du respect des principes constitutionnels du pays et des principes universels qu’il a souscrits. Nous lui avons envoyé un courrier pour demander la libération d’Omar Radi et de Souleiman Raissouni, qui doivent bénéficier d’un procès équitable. Les affaires de mœurs ne doivent plus être instrumentalisées contre les journalistes au Maroc.”

 

Les deux journalistes, connus pour leurs écrits critiques et poursuivis pour des affaires de mœurs, pour lesquelles ils risquent jusqu'à 10 ans de prison, sont détenus depuis plus d’un an. Pour protester contre l’absence d’équité de leurs procès, les deux hommes ont entamé une grève de la faim. Le rédacteur en chef d’Akhbar al-Yaoum, Souleiman Raissouni, qui a cessé de s’alimenter depuis 76 jours, a été conduit à l'hôpital ce week-end. Le journaliste rapporte avoir perdu 32 kilos. Il a également des difficultés d'élocution et sa jambe droite est quasiment paralysée. Le journaliste au Desk, Omar Radi, en détention provisoire depuis un an, a été contraint pour sa part de suspendre sa grève de la faim en raison de complications liées à  sa maladie de Crohn.

 

Lors de son déplacement au Maroc, la délégation de RSF a également rencontré des journalistes et des militants lors d’une réunion à l’Association marocaine des droits de l’Homme (AMDH) et les familles des deux  journalistes.

 

Le Maroc occupe le 136e rang sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse 2021 de RSF.