Actualités

17 octobre 2003 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Attaque d'une radio communautaire


Reporters sans frontières condamne l'attaque menée contre les studios de la radio communautaire Parroquiana 90.1 FM. "Nous demandons aux autorités judiciaires d'ouvrir une enquête sur cet acte inadmissible", a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de Reporters sans frontières. "Par ailleurs, alors que des membres d'Action démocratique sont mis en cause, nous demandons aux dirigeants de ce parti de condamner fermement cette agression et d'exclure ses auteurs de ses rangs", a-t-il ajouté. Le 11 octobre 2003, dans la matinée, cinq individus ont fait irruption dans les studios de la radio communautaire Parroquiana 90.1 FM, à San José de Perijá, dans la commune de Machiques, près de la frontière avec la Colombie. Interrompant les émissions de la radio, ils ont détruit du matériel technique puis menacé de mettre le feu au studio, avant de prendre à partie Antonio Bencomo, animateur, et Luz Mely Morán, productrice, qui se trouvaient sur place. D'après Hersilia León, directrice de la radio, les dirigeants d'Action Démocratique (opposition) - Onelio Méndez, également responsable de la paroisse locale, et Alexander Salvidia, chauffeur de bus scolaires municipaux - feraient partie des cinq agresseurs. Pour Hersilia Léon, cette agression est liée à une série de dénonciations diffusées sur les ondes de la radio par la présidente d'une association de quartier, concernant l'utilisation des bus de la mairie à des fins personnelles. Ces dénonciations impliquaient directement les deux agresseurs identifiés. La radio a porté plainte auprès de la police, du parquet et de la Commission nationale de télécommunications (Conatel, entité publique chargée de réguler les licences attribuées par l'Etat).