Un journaliste tué et un autre gravement blessé dans des embuscades

Un journaliste de radio a été tué le 28 avril et un autre gravement blessé le 29 au cours de deux embuscades. Dans les deux cas, les agresseurs ont réussi à s'enfuir et demeurent non identifiés. Reporters sans frontières s'indigne de cette recrudescence de la violence aux Philippines à l'égard des professionnels des médias et dénonce l'impunité dont jouissent régulièrement leurs agresseurs. L'organisation a demandé à la présidente de la République des Philippines, Gloria Macapagal Arroyo, l'ouverture d'enquêtes judiciaires concernant la mort de John Villanueva et l'agression de Juan Porras Pala. Dans la soirée du 28 avril, John Villanueva, journaliste de la radio dzGB-AM, située dans la ville de Legapzi (sud de Manille), a été abattu par deux individus non identifiés alors qu'il rentrait chez lui à motocyclette. Au moment de l'attaque, le journaliste se trouvait à 200 mètres de son domicile, dans la ville de Camalig. Touché notamment au foie, John Villanueva a été immédiatement transporté à l'hôpital régional de Bicol, où il est décédé des suites de ses blessures, environ une heure plus tard. Selon les autorités, John Villanueva était suspecté d'être un partisan de la guérilla communiste. Le lendemain matin à Davao (sud des Philippines), le journaliste Juan Porras Pala, journaliste de la radio dxGO, a été victime de tirs en provenance d'un van noir alors qu'il se rendait sur son lieu de travail en taxi, accompagné de trois gardes du corps. Ces derniers, armés, ont réussi à répliquer, forçant les agresseurs à se retirer. Le journaliste a cependant été blessé et transporté immédiatement à l'hôpital le plus proche. Ses jours ne sont pas en danger. En 2001, Juan Porras Pala avait déjà été victime d'une embuscade similaire. Depuis, il était constamment accompagné de gardes du corps. Animateur d'une émission quotidienne sur la station dxGO, Juan Porras Pala est connu pour ses critiques virulentes à l'égard des rebelles communistes. Bien que les motifs de cette agression n'aient pas encore été clairement établis, Juan Porras Pala suspecte certains officiers de police d'être à l'origine de cette tentative d'assassinat. Le journaliste n'a cependant pas voulu citer de noms. Environ 39 journalistes ont été tués aux Philippines depuis le rétablissement de la démocratie en 1986. Ce chiffre fait des Philippines l'un des pays les plus dangereux au monde pour les professionnels de l'information.
Publié le 30.04.2003
Mise à jour le 20.01.2016