Turquie

Turquie

Le journalisme à l’heure de la purge massive

La chasse aux médias critiques menée par le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan culmine depuis la tentative de putsch du 15 juillet 2016. Au nom de la lutte contre le terrorisme, le pays s’enfonce dans une spirale répressive sans précédent. L’état d’urgence permet aux autorités de liquider d’un trait de plume des dizaines de médias, réduisant le pluralisme à une poignée de journaux à faible tirage. Des dizaines de journalistes sont jetés derrière les barreaux sans jugement, faisant de la Turquie la plus grande prison du monde pour les professionnels des médias. Ceux qui restent en liberté sont tout aussi exposés à l’arbitraire : procès en cascade, retrait de carte de presse, annulation de passeport, confiscation de biens… La censure d’Internet et des réseaux sociaux atteint des niveaux inédits.

155
au Classement mondial de la liberté de la presse 2017

Classement

-4

151 en 2016

Score global

+2,22

50,76 en 2016

  • 0
    journalistes tués en 2017
  • 0
    net-citoyens tués en 2017
  • 0
    collaborateurs tués en 2017
Voir le baromètre