Soutiens internationaux devant la prison d’Istanbul où est détenu Erol Önderoglu

Un rassemblement s’est tenu ce vendredi matin 24 juin devant la prison de Metris à Istanbul en soutien à Erol Önderoglu, représentant de Reporters sans frontières (RSF) en Turquie, Sebnem Korur Fincanci et Ahmet Nesin, incarcérés depuis le 20 juin. Les principales associations nationales de défense des droits et des libertés étaient présentes pour demander leur libération immédiate et l’abandon de toutes les charges retenues contre eux.

Des représentants de nombreuses associations turques et internationales se sont retrouvés ce vendredi 24 juin devant la prison de Metris à Istanbul pour manifester leur soutien à Erol Önderoglu, représentant de RSF en Turquie, Sebnem Korur Fincanci, présidente de la Fondation pour les Droits humains de Turquie, et l’écrivain Ahmet Nesin. Parmi elles, le syndicat de journalistes Türkiye Gazeteciler Sendikası (TGS), la plateforme turque pour le journalisme indépendant P24, Reporters sans frontières (RSF), la Fédération Internationale des Droits de l’Homme (FIDH), Ethical Journalism Network (EJN), International Freedom of Expression Exchange (IFEX), dont Erol Önderoglu est un membre du conseil, International Press Institute (IPI), European Judicial Network (EJN), Amnesty International et International and European Federations of Journalists (IFJ-EFJ).#FreeErolSignez la pétition


Un rassemblement sera également organisé à 16 heures devant la prison de Bakirkoy, où se trouve emprisonnée Sebnem Korur Fincanci.


A Paris, RSF et la FIDH se sont retrouvés devant l’ambassade de Turquie pour exprimer les mêmes demandes : libération des journalistes emprisonnés et respect du droit d’informer.


La veille, Erol Önderoglu et Ahmet Nesin avaient transmis chacun une lettre manifestant leur détermination. Nous les publions ici dans leur intégralité.




23 juin 2016

Prison de Metris

La Turquie a exercé une pression envers ses journalistes et ses opposants sous différents régimes mais ces dernières années, cette pression s’est élargie en incluant tous les milieux en dehors du pouvoir.

Ce que nous avons pu constater à la prison de Metris, c’est que tous nos collègues, les juristes et activistes qui ont foi en la démocratie, en la liberté de la presse, en la liberté d’expression et d’opinion, peuvent agir ensemble de façon efficace.

Je salue la mobilisation de RSF, dont je suis le représentant, des organisations nationales et internationales de journalistes, des associations d’écrivains et des mouvements pour les droits, contre la pression exercée sur le journalisme, les juristes, les universitaires et les politiciens d’opposition.

Que ce soit en prison ou dans la rue, nous poursuivrons ensemble la lutte pour nos droits.

Chaleureusement,

Erol Önderoğlu

________________

Chers amis,

Il n’y a désormais rien de plus facile que d’être incarcéré dans un pays de non-droit. Il est bien sûr difficile de lutter pour la paix et la démocratie dans un pays dans lequel elles ne sont ni appliquées ni connues. Mais ces difficultés n’ont jamais altéré notre foi en la liberté.

Notre tâche était difficile par le passé, elle l’est encore. La seule différence, c’est qu’aujourd’hui nous ne faisons pas seulement face à une personne qui ne veut pas la démocratie, mais à une personne qui la méconnait. Par conséquent, toute explication qu’on pourrait lui apporter serait vaine.

Ceux qui pensent que la démocratie se réduit à des élections et qu’être élu signifie être seul au pouvoir sans la moindre d’opposition ne connaissent pas la démocratie et ne voudront bien évidemment jamais la connaître. La seule explication à cela est le fascisme. Ceux qui croient que la démocratie signifie être seul au pouvoir méconnaissent aussi le fascisme. Pardonnez donc leur ignorance.

J’espère que nous serons le dernier maillon. Mais je ne le crois pas car nous luttons avec un seul homme qui ne sait rien. Ce fascisme va probablement élargir les failles dans les rangs de l’AKP et ne soyez pas surpris si des détentions surviennent au sein même de l’AKP pour mettre fin à cela.

Le fascisme m’a appris beaucoup de choses, mais ces treize dernières années, j’ai surtout appris à ne pas m’étonner.

Amicalement,

Ahmet Nesin

________________

La Turquie occupe la 151e place sur 180 dans le Classement 2016 de la liberté de la presse, publié par RSF.

Publié le 24.06.2016
Mise à jour le 24.06.2016