Rapports

14 mai 2019

Jérusalem-Est : le photographe Mustafa Al-Kharouf échappe temporairement à l’expulsion

Le photographe Mustafa Al-Kharouf, détenu par la justice israélienne depuis le mois de janvier pour séjour irrégulier, échappe de peu à l’expulsion mais reste toujours en détention. Reporters sans frontières (RSF) demande sa libération et l’abandon des charges qui pèsent contre lui.

La Cour suprême de Jérusalem a décidé, dimanche 5 mai, de geler la décision d’expulser en Jordanie le photographe apatride Mustafa Al-Kharouf. Son avocate, Adi Lustigman, a présenté une requête pour prolonger la période de précaution interdisant son expulsion, prévue pour le lendemain.

Si le photographe échappe pour le moment à l’expulsion, sa détention reste néanmoins effective. La décision quant à son expulsion est ainsi reportée au même jour que celui de sa demande de libération, actuellement devant la cour d’appel israélienne.

Nous demandons la libération pure et simple de Mustafa Al-Kharouf et l’annulation définitive de son expulsion, réclame le bureau Moyen-Orient de Reporters sans frontières (RSF). La justice israélienne doit cesser de faire obstruction à sa régularisation et ne pas considérer ses photographies comme une marque de parti pris au conflit”.

Depuis plusieurs années, le photographe travaillait pour l’agence de presse turque Anadolu à Jérusalem-Est, où il a grandi. Les autorités israéliennes lui reprochent d’être en situation irrégulière sur le territoire. Il entreprenait des démarches pour faire reconnaître son statut de résident mais sa demande de statut avait été refusée et notifiée le jour de son arrestation, en janvier. Lors d’une précédente audience, la police israélienne avait également évoqué des contacts privilégiés avec le Hamas, ce que le prévenu a nié en l’état.

Au Classement mondial pour la liberté de la presse de RSF, Israël occupe la 88e place.