Rapports

27 mai 2010 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Chuzadas : les grandes oreilles du renseignement tournées contre la presse




Trois ans après une mission sur la question paramilitaire (“Paramilitaires, des aigles noirs prêts à fondre sur la presse”), une délégation de Reporters sans frontières s’est rendue en Colombie du 10 au 16 mai 2010, accompagnée de la présidente de l’Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC) pour l'Amérique latine et la Caraïbe. Une large partie de la mission a été consacrée à cette chasse aux sorcières menée durant le double mandat d’Alvaro Uribe contre des personnalités connues pour leurs critiques envers le gouvernement et son projet de “sécurité nationale”. Parmi eux, et à ce stade de l’enquête officielle, seize journalistes issus d’une dizaine de médias. C’est le résultat de ce travail que nous publions ce 27 mai 2010, à trois jours du premier tour de l’élection qui doit désigner le successeur d’Alvaro Uribe.

Loin de se limiter à des écoutes téléphoniques (“chuzadas”), le scandale porte sur des filatures, des actes de sabotage et d’intimidation parfois ourdis par ceux-là mêmes qui devaient garantir la sécurité de journalistes menacés, et une “propagande noire” stigmatisant ces voix d’opposition comme “ennemis de l’État”. L’affaire met désormais en débat l’avenir du Département administratif de sécurité (DAS), le principal service de renseignement du pays, désigné comme l’artisan majeur de ces pratiques. Elle concerne également la présidence de la République, dont le locataire n’a pas hésité à mettre en cause publiquement des professionnels des médias, quitte à fragiliser encore leur situation. Elle rejaillit aujourd’hui sur une campagne tendue, qui se joue sur l’héritage des années Uribe.

Journalistes, directeurs de médias, défenseurs de la liberté de la presse, observateurs du processus électoral, ont reconstitué une histoire dont ils ont été les témoins et les victimes. Les organisations présentes ont également obtenu d’être reçues par l’actuel directeur général du DAS, Felipe Muñoz.

Une visite auprès des médias communautaires de la côte atlantique et de la région andine du Cauca donnera lieu à la publication, demain 28 mai, d’un rapport d’AMARC. Le témoignage des représentants de ces médias, légalement reconnus mais peu respectés des autorités, souligne la difficulté des journalistes en régions et l’état contrasté de la liberté de la presse en Colombie. Sous le feu croisé des paramilitaires, de l’armée et de la guérilla des FARC, les journalistes indigènes du Cauca nous rappellent surtout que le conflit qui mine le pays depuis un demi-siècle n’est pas terminé.