Afrique
Liberia
-
Classement 2022
75/180
Score : 62.77
Indicateur politique
92
55.50
Indicateur économique
135
32.80
Indicateur législatif
55
74.69
Indicateur social
35
82.57
Indicateur sécuritaire
87
68.30
Classement 2021
98/180
Score : 66.64
N/A
Ces indicateurs ne sont pas disponibles avant 2022 en raison d'un changement méthodologique.

Depuis le milieu des années 2000, la stabilité politique née de l’après-guerre civile au Liberia a favorisé l’éclosion de la presse. Les agressions contre les journalistes ont toutefois continué en toute impunité.

Paysage médiatique

Avec plus d’une quarantaine de publications écrites, plus de 130 radios, quelques chaînes de télévision et un nombre important de médias en ligne, le secteur des médias est en plein essor au Liberia depuis une vingtaine d’années, aidé par la stabilité socio-politique découlant de l’après-guerre civile (1999-2003). La radio reste la principale source d’information.  

Contexte politique

Avec la loi facilitant la création d’un média, de nombreux hommes politiques en ont profité pour créer des entreprises de presse qu’ils font diriger par leurs proches. Cela a non seulement contribué à la prolifération des médias, mais a renforcé la capacité des hommes politiques à influencer leur contenu. Le gouvernement continue à avoir une forte emprise sur les médias d’État, alors que les autorités locales contrôlent souvent le contenu et le fonctionnement des radios communautaires. 

Cadre légal

L’environnement juridique s’est nettement amélioré ces dernières années. La loi sur la presse votée en 2018 supprime le crime de diffamation envers le chef de l’État et celui de sédition. La Constitution garantit la liberté d'expression, de presse et d'information, et il existe une loi sur l'accès à l'information. Un Conseil national de la presse, mis en place depuis 2016 à l’initiative du syndicat des journalistes Press Union of Liberia (PUL), permet aux médias de s’autoréguler avec un code de conduite. 

Contexte économique

L’environnement économique reste difficile et le marché publicitaire très étriqué. Les médias critiques des autorités ne peuvent pas accéder à la publicité des grandes sociétés nationales, dont l’attribution est gérée par le ministère de l'Information. Les journalistes font partie des professionnels les moins bien payés dans le pays, et les sites d’information sont souvent obligés d'écrire des articles de relations publiques en échange d'un soutien financier - des contraintes qui compromettent l'indépendance des médias.

Contexte socioculturel

Il existe encore des sujets considérés comme tabous par les médias, notamment les mutilations génitales féminines, ainsi que les activités liées à la franc-maçonnerie. Face aux menaces qui pèsent sur les journalistes qui tentent de traiter ces thèmes, l'autocensure est assez fréquente.

Sécurité

Les principaux problèmes de sécurité des journalistes proviennent des forces de l’ordre. En 2021, elles ont commis plusieurs attaques contre des journalistes, en toute impunité. Rien qu’entre juin et juillet, au moins cinq journalistes ont fait l’objet d'arrestations arbitraires dans le cadre de leur travail, d’attaques physiques ou de menaces de mort.