Afrique
Lesotho
-
Classement 2022
88/180
Score : 59.39
Indicateur politique
85
57.37
Indicateur économique
102
40.14
Indicateur législatif
119
57.31
Indicateur social
72
74.00
Indicateur sécuritaire
88
68.11
Classement 2021
88/180
Score : 68.39
N/A
Ces indicateurs ne sont pas disponibles avant 2022 en raison d'un changement méthodologique.

La liberté de la presse demeure fragile au Lesotho. Les exactions contre les journalistes ne sont pas rares et la presse manque d’indépendance. 

Paysage médiatique

Au Lesotho, le paysage médiatique est globalement marqué par un manque d’indépendance. Le pays compte dix hebdomadaires (neuf privés, un public), mais demeure l’un des seuls du continent à ne pas avoir de quotidien. Le secteur audiovisuel s’est peu à peu ouvert depuis 1997, il est composé de 26 radios (deux publiques, six communautaires) et d’une télévision publique créée en 1988. Les médias publics sont encore largement sous contrôle de l’État ou de leaders politiques. L’information en ligne reste relativement libre, mais l’accès à internet est réduit en raison du manque d’infrastructures et du coût de la connexion.

Contexte politique

Les journalistes sont régulièrement victimes de campagnes d’intimidation et il est difficile d’enquêter sur les activités des responsables politiques. Un journal public a d’ailleurs été fermé sur ordre d’un ministre pour avoir osé afficher le leader de l’opposition en une d’une édition. Le recours à l’autocensure est fréquent et certains professionnels de l’information ont choisi de s’exiler, notamment en Afrique du Sud, pour y échapper. 

Cadre légal

Le Lesotho a rejoint, en 2018, le club encore très fermé des pays ayant aboli la criminalisation de la diffamation et a adopté une nouvelle loi sur les médias en 2021. Cette dernière n’abolit toutefois pas les nombreux textes pouvant être utilisés pour porter atteinte à l’exercice du journalisme. La loi sur l’accès à l’information, dont la première version date de 2000, n’a jamais été adoptée.

Contexte économique

Les journaux et la radio, média roi en raison de ses coûts de distribution et du faible taux d’alphabétisation de la population, perdent peu à peu leur liberté de ton et dépendent toujours des revenus publicitaires des sociétés d’État.

Sécurité

Les pressions contre les journalistes se sont intensifiées ces dernières années, et les attaques ne sont pas rares. En 2021, une série d’agressions très violentes a eu lieu de la part de la police : en novembre, un journaliste a notamment été torturé et asphyxié avec un sac plastique après avoir publié un article sur un vol d’armes. En 2020, une journaliste s’était fait tirer dessus par la police et plusieurs de ses collègues avaient été arrêtés arbitrairement en marge d’une manifestation.