Afrique
Ghana
-
Classement 2022
60/180
Score : 67.43
Indicateur politique
54
66.61
Indicateur économique
69
47.22
Indicateur législatif
27
81.42
Indicateur social
53
79.64
Indicateur sécuritaire
101
62.25
Classement 2021
30/180
Score : 78.67
N/A
Ces indicateurs ne sont pas disponibles avant 2022 en raison d'un changement méthodologique.

Réputé pour être l’un des pays les plus démocratiques d’Afrique, le Ghana dispose d'un environnement médiatique dynamique et pluraliste.

Paysage médiatique

Grâce à la Constitution de 1992 autorisant la création de médias sans licence, le Ghana dispose d'au moins une centaine d’organes de presse, qu’il s’agisse de radios, télévisions ou de sites internet. Les plus populaires sont la Ghana Broadcasting Corporation, radiodiffusion publique, qui inclut des télévisions et radios comme GBC TV, GBC Radio, Accra FM, mais aussi Joy TV, Peace FM et City FM. Récemment, le pays a connu une évolution majeure lorsque plusieurs médias ont lancé des sites d’information en ligne. 

Contexte politique

Bien que le pays soit considéré comme le bon élève de la région en matière de démocratie, les pressions se sont accentuées sur les journalistes depuis quelques années. Pour protéger leur emploi et leur sécurité, ils ont de plus en plus recours à l'autocensure, le gouvernement se montrant intolérant face aux critiques. En outre, un tiers des médias du pays appartient à des politiciens ou à des personnes affiliées aux partis politiques dominants, et le contenu qu'ils produisent est en grande partie partisan.  

Cadre légal

La liberté des médias est garantie par la Constitution de 1992 et ils sont libres d'opérer comme ils l'entendent, dans le respect du règlement de la Commission nationale des médias. La loi sur l'accès à l'information, adoptée en 2019, donne aux journalistes le droit d'exiger des informations dans l'intérêt de la nation. Néanmoins, une clause dans le texte permet de facturer une somme d'argent si l’information est demandée dans une autre langue que l'anglais - une disposition utilisée pour nier aux journalistes l’accès aux informations qu’ils cherchent. 

Contexte économique

Au Ghana, la plupart des médias sont confrontés à des difficultés financières, qui se traduisent par de faibles salaires et de mauvaises conditions de travail pour les journalistes. Il est fréquent que de nouveaux journaux arrivent en kiosques et disparaissent en quelques mois, faute de pouvoir couvrir leurs coûts de production. Les médias publics, eux, bénéficient des contrats publicitaires gouvernementaux et de rémunérations en échange de la publication d’informations. La publicité d'État est distribuée selon une procédure non transparente et inéquitable. 

Sécurité

La sécurité des journalistes s'est gravement détériorée ces dernières années. En 2020, des reporters couvrant l’effectivité des mesures destinées à lutter contre la Covid-19 ont été agressés par les forces de sécurité. A cela s'ajoute la récurrence des menaces de mort de la part des leaders politiques à l'encontre des journalistes d’investigation. La grande majorité des cas de professionnels agressés par les forces de l'ordre reste sans suite.