Méthodologie détaillée du classement mondial de la liberté de la presse

Читать по-русски / Lire en russe

Le questionnaire est téléchargeable plus bas.

La méthodologie

Le degré de liberté dont jouissent les journalistes dans 180 pays est déterminé grâce à l’accumulation de réponses d’experts à un questionnaire proposé par l’organisation. A cette analyse qualitative s’ajoute un relevé quantitatif des violences commises contre les journalistes sur la période prise en compte. Les thématiques sur lesquelles portent le questionnaire sont : le pluralisme, l’indépendance des médias, l’environnement et l’autocensure, le cadre légal, la transparence et la qualité des infrastructures soutenant la production de l’information.


Le questionnaire

Pour établir son Classement, RSF a développé un questionnaire en ligne, centré sur les thématiques citées ci-dessus. Cette année, le questionnaire a été allégé. Les données restent néanmoins comparables d'une année à l'autre, grâce à une analyse statistique réalisée au préalable.

Traduit en 20 langues, dont l’anglais, l’arabe, le chinois, le russe, l’indonésien et le coréen, il est adressé à des professionnels des médias (journalistes, juristes, chercheurs…) sélectionnés par RSF, dans les 180 pays présents au Classement de RSF. Les réponses de ces experts, associées au relevé des violences commises à l’encontre des journalistes sur l’année civile écoulée, permettent d’établir un score.


Le relevé des exactions

Une équipe de spécialistes, répartie en bureaux géographiques, effectue une veille minutieuse des exactions commises contre les journalistes et les médias. Ces chercheurs s’appuient également sur un réseau de correspondants dans 130 pays. Ce relevé des exactions, qui mesure l’intensité des violences contre les acteurs de l’information sur la période prise en compte, permet d’établir l’indicateur Exactions. Cet indicateur quantitatif permet de pondérer l’analyse qualitative de la situation du pays telle que l’indiquent les répondants dans le questionnaire.


Thématiques et indicateurs

Le questionnaire est centré sur des thématiques telles que la performance en matière de pluralisme, d’indépendance des médias et de respect de la sécurité et de la liberté des journalistes. Chaque question du questionnaire est attachée à six grands indicateurs :


1/ Pluralisme [indicateur scorePlur]

Mesure le degré de représentation des opinions dans l’espace médiatique


2/ Indépendance des médias [indicateur scoreInd]

Mesure la capacité laissée aux médias de fonctionner en toute indépendance des pouvoirs politiques, gouvernementaux, économiques et religieux


3/ Environnement et autocensure [indicateur scoreEA]

Analyse les conditions d’exercice des activités d’information


4/ Cadre légal [indicateur scoreCL]

Mesure la performance du cadre légal qui régit les activités d’information


5/ Transparence [indicateur scoreTra]

Mesure la transparence des institutions et les procédures impactant la production d’informations


6/ Infrastructures [indicateur scoreInf]

Mesure la qualité des infrastructures soutenant la production de l’information

Un septième indicateur s’appuyant sur une compilation des violences envers les journalistes et les médias sur la période prise en compte y alors inséré dans le calcul.


7/ Exactions [indicateur scoreExa]

Mesure l’intensité des violences sur la période

Chaque indicateur est noté de 0 à 100.


Calcul des scores

Depuis l’édition 2013, afin de renforcer la valeur informative du classement et améliorer la comparabilité d’une édition à l’autre, le score final est défini sur une échelle de 0 à 100.


0 y représente la meilleure note, 100 la pire. RSF calcule deux scores. Le premier, ScoA, ne prend en considération que les six premiers indicateurs décrits plus haut. Le second, ScoB, inclut les six premiers indicateurs auquel s’ajoute le septième, soit les exactions. Le score final retenu pour un pays donné est le plus grand des deux scores. Ce choix permet d’éviter que le pays, dans le cas où on n’y enregistre que peu ou pas d’exactions, remonte mécaniquement dans le classement. Cela peut être le cas de pays où l’information est si contrôlée que peu ou pas de violations ont lieu.


Les formules

Calcul des deux scores :

Calcul du score exaction :

Plus la période d’incarcération d’un journaliste, professionnel ou non, est longue, plus cet emprisonnement pénalise le pays responsable.


Le coefficient de pondération prend donc les valeurs suivantes, selon le nombre d’années d’incarcération :


La carte de la liberté de la presse

La carte de la liberté de la presse présente une synthèse visuelle des performances des pays au Classement mondial. Les couleurs sont attribuées de la manière suivante :


0 - 15 points : bonne situation (blanc)

15,01 - 25 points : situation plutôt bonne (jaune)

25,01 - 35 points : problèmes significatifs (orange)

35,01 - 55 points : situation difficile (rouge)

55,01 - 100 points : situation très grave (noir)