Libye : RSF alerte l’ONU sur les violations de la liberté de la presse en Libye depuis 2016

Dans un rapport détaillé à la Mission d’enquête de l’ONU sur la Libye, Reporters sans frontières (RSF) documente les exactions commises à l’encontre des journalistes et les multiples formes que celles-ci ont prises. L’organisation appelle les experts de l’ONU à enquêter sur la situation très préoccupante des journalistes et des médias en Libye.

Le rapport transmis par RSF à la Mission indépendante d'établissement des faits sur la Libye le 28 janvier 2022 documente les violations de la liberté de la presse commises dans le pays depuis 2016 et les nombreuses exactions contre les journalistes. Sur la base d’informations recueillies auprès de sources locales, RSF détaille les attaques et menaces subies notamment par 12 journalistes et 11 médias : exécutions extrajudiciaires, arrestations arbitraires, menaces et intimidations… RSF souligne qu’à ce jour aucun de ces crimes n’a fait l’objet d’enquêtes, de procédures judiciaires ou de condamnations. 

   

Si la Mission d'enquête avait appelé les autorités libyennes à assurer la protection des journalistes, dans un rapport d’Octobre 2021, elle n’abordait pas les violations de la liberté de la presse dans le pays. La Mission d’enquête n'a en conséquence pas mené d’investigations sur les abus contre les journalistes depuis 2016.

   

Les journalistes et les médias exerçant en Libye continuent à être confrontés à une grave situation d’insécurité, déclare le directeur du bureau de RSF à Tunis, Souhaieb Khayati. La Mission d'enquête doit mener une enquête approfondie sur les multiples violations de la liberté de la presse et appeler les autorités à mettre fin à leur impunité.”

   

Plus d’une décennie après la révolution libyenne, le climat de violence à l’encontre des journalistes reste palpable, et est encouragé par une impunité totale. Les lois liberticides et le contexte sécuritaire et politique instable exacerbent cette situation. En cette période de transition politique suite aux élections de décembre 2021, la liberté de la presse et la sécurité des journalistes doivent être au cœur des préoccupations du pouvoir. 

   

La Mission indépendante d'établissement des faits sur la Libye, a été chargée par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies d'enquêter sur les violations des droits de l’homme dans le pays depuis 2016. La Mission, composée de trois experts internationaux – Mohamed Auajjar (Maroc), Tracy Robinson (Jamaïque) et Chaloka Beyani (Zambie et Royaume-Uni) – , présentera son prochain rapport en Juin 2022 à l’occasion de la 50e session du Conseil des droits de l’homme. 

   

Après avoir perdu trois places au total depuis 2019, la Libye est classée 165e sur 180 pays dans le classement mondial de la liberté de la presse 2021 établi par RSF, le plus mauvais positionnement qu'ait jamais connu le pays.

Publié le 08.02.2022
Mise à jour le 08.02.2022