Le cyberdissident Guo Feixiong refuse de s'alimenter depuis près de 80 jours

Reporters sans frontières est extrêmement inquiète pour la santé de l'avocat Yang Maodong, plus connu sous le nom de Guo Feixiong, emprisonné à Meizhou (province du Guangdong) depuis le 13 décembre 2007. "C'est la deuxième grève de la faim que Guo Feixiong entame en un an. Voilà près de 80 jours qu'il refuse de s'alimenter. Il reçoit quotidiennement des injections équivalentes à un quart de sesbesoins énergétiques journaliers et continue à boire, mais son état de santé est alarmant. Nous demandons à ce qu'il soit examiné par un médecin le plus rapidement possible et réitérons notre demande de libération", a déclaré l'organisation. Le 27 février 2008, sa femme, Zhang Qing, a fait part à Reporters sans frontières des "maltraitances physiques, comprenant le supplice électrique" qui sont infligées à son mari et des "traces des tortures (cinq ou six cicatrices)" qu'il a subies depuis un an et demi, date du début de sa détention. Zhang Qing a également informé l'organisation qu'elle avait entamé une grève de la faim, au rythme d'une journée de 24h par semaine, en soutien à son mari, et pour "dénoncer l'action inhumaine et juridiquement irrecevable menée par l'Etat". Le 22 janvier, Zhang Qing s'est vu refuser l'accès de la prison de Meizhou (province du Guangdong). Les autorités avaient décidé de durcir le traitement de son mari, sans explication. De l'extérieur, elle a pu l'apercevoir, alors qu'il était dans la cour de la prison. Dès qu'il l'a vue à son tour, les gardiens qui l'entouraient lui ont enfilé une cagoule sur la tête. Zhang Qing l'a trouvé "très affaibli" et "sérieusement handicapé par le mauvais état de son bassin". Écrivain et défenseur des droits de l'homme, Guo Feixiong, âgé de 41 ans, a été incarcéré pour « trouble à l'ordre public » suite à un rassemblement qu'il avait organisé, le 13 septembre 2006, dans le village de Taishi. Les autorités l'avaient alors accusé d'avoir « personnellement conduit les manifestations des villageois afin de renverser les responsables locaux ». Il a été condamné à cinq ans de prison et 40 000 yuans d'amende (4000 euros) en novembre 2007. Afin de pouvoir payer cette somme, les autorités ont gelé le compte du couple le 18 décembre et en ont retiré 7 260 yuans. En savoir plus sur ce cas Se mobiliser pour la libération des dissidents chinois
Publié le 27.02.2008
Mise à jour le 20.01.2016