Héros de l'information

Zaw Phay

Journaliste chevronné, Zaw Phay fait ses débuts à Democratic Voice of Burma (aujourd’hui DVB Multimedia Group) en tant que vidéo journaliste clandestin (VJ) durant la Révolution de Safran de 2007. Ancien prisonnier politique, Zaw Phay écope en 2010 d’une peine de trois ans d’emprisonnement pour avoir filmé « sans autorisation ». Il enquêtait sur une pénurie d’eau dans la municipalité de Nat Mauk dans la province de Magwe (Centre). Relâché lors de l’amnistie de janvier 2012, le journaliste s’est aussitôt remis au travail. Quelques mois plus tard, alors qu’il menait des investigations sur un programme éducatif dans le district de Magwe, financé par le Japon, Zaw Phay paie à nouveau le prix fort pour son assiduité journalistique. Un fonctionnaire du bureau local du Ministère de l’Education porte plainte au pénal pour « intrusion » et « perturbation d’un fonctionnaire en service ». En avril 2014, soit près de deux ans après les faits, Zaw Phay est condamné à un an de prison en vertu des articles 448 et 353 du Code pénal. Il est actuellement détenu à la prison de Thet, dans le centre du pays.