Héros de l'information

Saouti Haïdara

Les images de Saouti Haïdara sur son lit de douleur, le bras dans le plâtre et le visage tuméfié, ont fait le tour de l'Afrique et déclenché dans les médias maliens une « Journée presse morte ». Le 12 juillet 2012, deux mois après avoir été interpellé par les services de renseignement et interrogé sur ses sources, le directeur du quotidien privé L'Indépendant a été enlevé dans les locaux de son journal, à Bamako, par une dizaine d'individus armés. Roué de coups de gourdins et de crosses de fusil, puis menacé de mort s'il portait plainte, le doyen de la presse malienne, 62 ans, a finalement été conduit à l'hôpital par des confrères. Les violences infligées à ce journaliste respecté témoignent de la grave détérioration de la situation au Mali, jadis parmi les plus respectueux d'Afrique envers la liberté de l'information.