Héros de l'information

Oudom Tat

Dès son plus jeune âge, alors qu’il travaillait comme livreur de journaux à Phnom Penh, Oudom Tat a nourri une passion pour le journalisme et la photographie. Après avoir travaillé pour une ONG, Oudom devient fixeur pour des médias étrangers qui s’intéressent notamment aux conflits fonciers dans la capitale et le reste du pays. En 2011, Oudom Tat rejoint la station de radio Voice of Democracy, l’une des rares stations indépendantes du pays osant critiquer le gouvernement. Engagé comme photojournaliste, il couvre de nombreux sujets sensibles que le gouvernement cherche tant bien que mal à dissimuler. Comme les conditions de travail des travailleurs dans l’industrie du textile, secteur le plus important de l’économie cambodgienne, ou les manifestations de citoyens expropriés et de militants pour le droit à la terre. A cause de son dévouement et de ses enquêtes, Oudom Tat a été intimidé, menacé et agressé à plusieurs reprises depuis le début de l’année 2013, par des hommes habillés en civil mais également par des représentants du gouvernement. Malgré le danger, le journaliste est plus que jamais déterminé à promouvoir la justice et les droits de l’homme dans son pays.