Héros de l'information

Nicaise Kibel Bel'Oka

Lauréat en 2009 du prix CNN de la liberté de la presse en Afrique, Nicaise Kibel Bel’Oka a dédié de nombreuses années de sa vie à la défense de la liberté de la presse. Si son travail est salué par les journalistes internationaux, les autorités congolaises préfèrent, elles, le récompenser par des arrestations. La dernière date de septembre 2012, et concerne une accusation de « diffamation » portée par le responsable des douanes de Beni au Nord Kivu. Lors du procès, la justice congolaise requièrt un an de prison ferme et 100 000 dollars d’amende à l’encontre de Nicaise Kibel Bel’Oka qui a pourtant fourni noir sur blanc les preuves de tout ce qu’il avancait dans l’article. Mais dans un pays où les procès en diffamation se jugent sur “l’intention de nuire” plutôt que la véracité des faits, ”la loi congolaise sur la diffamation ne protège pas la presse, elle protège les plus forts, ceux qui ont de l’argent et du pouvoir" nous explique Nicaise. La justice continue de faire la sourde oreille alors que le le procès en appel du journaliste a pour l’instant été reporté dix-neuf fois.