Héros de l'information

Malick Aliou Maiga

Malick Aliou Maiga était animateur à la radio Adar Koima (« la joie de la colline »), la dernière des six radios de Gao à continuer d’émettre,malgré les menaces répétées et pressantes du Mujao et du MNLA qui ont pris la ville en mars 2012. Au volant de sa voiture, il sillonne la ville au milieu de la nuit et observe ces hommes de Dieu se livrer au trafic de drogue et autres exactions. En mai 2012, les hommes du Front de libération de l’Azawad lui “conseillent”, au cours d’un passage à tabac en règle, de mieux parler de l’Azawad. Libéré grace à la mobilisation de la population, il continue sa mission d’information pour la population de cette ville qu’il aime tant : “Gao c’est chez moi (...) tous ceux qui sont là-bas (...) c’est mes parents”. En août 2012, il fait l’objet d’une seconde attaque, de la part du Mujao cette fois. Il venait d’évoquer dans son bulletin d’information la mobilisation populaire qui avait empêchée l’amputation d’un jeune homme accusé de vol. Tabassé à coups de crosse de fusil, abandonné, inconscient, deux heures plus tard, devant l'hôpital de Gao, il décide finalement de gagner Bamako pour se mettre en sécurité. Mais les groupes islamistes n’ont pas eu raison de son engagement et, depuis son exil urbain, il continuer à exercer ce métier qu’il aime tant.