Héros de l'information

Malahat Nasibova

En août 2011, un villageois de la région isolée du Nakhitchevan est convoqué dans les locaux des services de sécurité (MNS). Ses proches, inquiets, s'y rendent le lendemain – et ne trouvent que son corps sans vie. Les journalistes qui tentent de les interviewer sont malmenés par des agents du MNS, qui tentent de confisquer micros et caméras. La correspondante de l'agence de presse indépendante Turan, Malahat Nasibova, est traitée d'« ennemie du peuple ». Ce n'est qu'un début : dans les semaines qui suivent, son obstination à enquêter sur cet événement lui valent de nombreuses menaces de mort. Mais depuis une quinzaine d'années, les pressions de toutes sortes n'ont jamais dissuadé la journaliste de poursuivre sa lutte obstinée pour la liberté de l'information. Dans une région où la répression et l'absence de pluralisme sont telles qu'elle est connue comme « la Corée du nord de l'Azerbaïdjan », Malahat Nasibova aborde de front tous les sujets : corruption, violations des droits de l'homme, problèmes de santé publique, fraudes électorales... Elle prolonge ses enquêtes par de multiples actions au sein du Centre de ressources pour la démocratie et le développement des ONG, qu'elle a créé en 2002.