Héros de l'information

Ismail Saymaz

Pendant l’été 2013, Ismail Saymaz, correspondant du journal Radikal, couvre les manifestations qui se répandent dans le pays depuis le parc Gezi d’Istanbul. Il apporte la preuve qu’un manifestant a été battu à mort par des commerçants et des policiers dans la ville d’Eskisehir. Le préfet local, qui clame que le jeune homme aurait pu être tué par ses propres camarades, le menace personnellement. Ismail Saymaz a l’habitude : ses articles et ses livres, qui traitent des sujets les plus sensibles en Turquie - « l’État profond », l’affaire Ergenekon, l’instrumentalisation de la justice – lui ont déjà valu une vingtaine de procès et des attaques virulentes du pouvoir et de l’extrême droite. Malgré un paysage médiatique vivace, le journalisme indépendant reste un sacerdoce en Turquie : au moins 131 professionnels des médias ont été licenciés ou contraints à la démission au cours de l’année 2013, et au moins 13 sont détenus pour leurs activités d’information, parfois depuis de nombreuses années.