Héros de l'information

Dina Daskalopoulou

Le 11 juin 2013, à 22 h 11, les trois chaînes d’ERT (Elliniki Radiofonía Tileórasi), la télévision publique grecque, ont cessé d’émettre, mettant plus de 2 500 personnes à pied. Tollé national et international et mobilisation générale. Dina Daskalopoulou, journaliste pour Eleftherotypia, quotidien historique en plein effondrement, crée avec d'autres journalistes i Efimerida ton syndacton (« journal des rédacteurs »). Dina Daskalopoulou, qui y travaille pour le même salaire que l’ensemble de ses collègues, directeur compris (800 euros par mois), s’est un peu écartée de ses sujets d’enquêtes - la prostitution ou les conditions de vie des femmes immigrées – pour dénoncer cette atteinte majeure au pluralisme des médias. Vendu 1€30, un prix élevé pour un journal en Grèce, i Efimerida ton syndacton réussit ses débuts et atteint aujourd'hui une diffusion à 9 000 exemplaires dans tout le pays.