États-Unis

États-Unis

En dépit d’avancées pour la liberté de la presse, des signes inquiétants persistent


Consultez le U.S. Press Freedom Tracker

Les 100 premiers jours de la présidence de Joe Biden ont été marqués par des avancées significatives en matière de transparence et de prise de responsabilité de la part du gouvernement. La Maison-Blanche et les agences gouvernementales ont ainsi repris, dès l’entrée en fonction de la nouvelle administration, leurs traditionnels points presse quotidiens, permettant aux institutions, jusque-là muselées, de communiquer au public américain des informations sur la pandémie. Lors de la cérémonie d’investiture, le nouveau président américain a promis de placer son mandat sous le signe de la vérité et dans son premier grand discours de politique étrangère, Joe Biden a insisté sur le fait qu’« une presse libre est essentielle à la bonne santé de la démocratie », exprimant ainsi le souhait de son administration de voir les Etats-Unis regagner son statut de leader dans la défense et la promotion de la liberté d’expression.

Cependant les menaces contre la liberté de la presse - de la disparition des rédactions locales à la crise de confiance croissante dans les médias généralistes - demeurent. Il est vrai que la situation avait considérablement empiré durant la dernière année du mandat de Donald Trump, qui a été marquée par l’agression de près de 400 journalistes et l’arrestation de 130 autres – des chiffres sans précédent selon le Baromètre de la liberté de la presse américain, une organisation partenaire de RSF. Beaucoup de ces atteintes à la liberté de la presse se sont déroulées alors que les journalistes tentaient de couvrir, un peu partout dans le pays, des manifestations dénonçant le racisme systémique et les violences policières envers les personnes de couleur.

Le président Trump a lui-même vilipendé l’information de qualité en la traitant de « fake news » et qualifié des journalistes primés d’« ennemis du peuple », alimentant ainsi un comportement menaçant envers les médias, comme en ont témoigné la violence et la destruction de matériel subies par les journalistes lors de l’assaut du Capitole, le 6 janvier 2021. Alors que des dizaines d'insurgés présumés risquent de lourdes peines de prison pour des délits fédéraux, l'érosion de la confiance dans les médias américains et les théories du complot non vérifiées qui continuent de fleurir en ligne nécessiteront un effort concerté de la part de tous - secteur public et entreprises privées - pour que la liberté de la presse perdure sur le long terme.

La décision du ministère de la Justice de l'administration Biden de faire appel contre le jugement d'extradition d'un tribunal britannique à l'égard du fondateur de Wikileaks Julian Assange a eu pour conséquence la poursuite de sa détention à la prison haute sécurité de Belmarsh, où sa santé physique et mentale est menacée. Si l'appel du gouvernement américain est accepté, Julian Assange pourrait passer le reste de sa vie en prison pour avoir publié des informations d'intérêt général.


44
au Classement mondial de la liberté de la presse 2021

Classement

+1

45 en 2020

Score global

+0,08

23,85 en 2020

  • 0
    journalistes tués en 2021
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2021
  • 0
    collaborateurs tués en 2021
Voir le baromètre