États-Unis

États-Unis

Trump aggrave le déclin progressif de la liberté de la presse


Consultez le U.S. Press Freedom Tracker

Aux Etats-Unis, la liberté de la presse, inscrite dans le marbre du Premier amendement à la Constitution de 1787, a dû faire face ces dernières années à des obstacles majeurs, mais la première année de mandat de Donald Trump a définitivement confirmé un déclin en matière de droit des journalistes. Le président américain a fustigé la presse comme étant « l’ennemie du peuple américain » à plusieurs reprises lors d’attaques verbales contre des journalistes. Il a également tenté de restreindre l’accès à la Maison Blanche à plusieurs rédactions et a systématiquement qualifié de “fausses informations” les articles et reportages critiques à son égard. Il a même demandé à ce que des autorisations d’antenne soient retirées à certains organes de presse. Cette violente rhétorique anti-média émanant du sommet de l’Etat s’est couplée d’une hausse des violations en matière de liberté de la presse au niveau local. Désormais, les journalistes courent le risque d’être arrêtés pour avoir couvert des manifestations ou pour avoir simplement tenté de poser une question à des représentants de l’Etat. Des reporters ont par ailleurs été l’objet d’agressions physiques alors qu’ils étaient en train de travailler. Force est de constater que l’arrivée au pouvoir de Trump n’a fait qu’aggraver la situation en matière de liberté de presse, alors même que celle-ci avait été laissée dans un piètre état par la précédente administration. Les lanceurs d’alertes risquent des poursuites dans le cadre de la loi Espionage Act s’ils révèlent des informations d’intérêt public. Les journalistes ne bénéficient toujours pas d’une « loi bouclier » (shield law) leur permettant de protéger leurs sources. De plus, des fouilles prolongées de journalistes et de leur matériel ont encore lieu aux frontières des États-Unis et certains journalistes étrangers sont toujours interdits de voyage dans le pays en raison de leur couverture de certains sujets sensibles, comme les Farc en Colombie ou le Kurdistan.


45
au Classement mondial de la liberté de la presse 2018

Classement

-2

43 en 2017

Score global

+0,15

23,88 en 2017

  • 6
    journalistes tués en 2018
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2018
  • 0
    collaborateurs tués en 2018
Voir le baromètre