En ce jour d’investiture, RSF exhorte l’administration Biden-Harris à soutenir le #PressFreedomPact

Alors que le président Joe Biden et la vice-présidente Kamala Harris s’apprêtent à prêter serment, Reporters sans frontières (RSF) les appelle à s’engager immédiatement pour la liberté de la presse en signant le Pacte pour la liberté de la presse. Les membres du Congrès sont invités à faire de même, afin de garantir le respect des principes du premier amendement.

Alors que la nouvelle administration Biden-Harris entre en fonction ce mercredi 20 janvier, et que débute le 117e Congrès des États-Unis, RSF propose à l’ensemble des membres du Congrès, toute tendance politique confondue, de rejoindre le Pacte pour la liberté de la presse et exhorte le président Biden et la vice-président Harris à montrer la voie en étant les premiers à signer.


RSF avait proposé aux candidats des différents scrutins de novembre 2020 de se joindre à l’opération #PressFreedomPact, et de s’engager à protéger les principes de la liberté de la presse. Sur la cinquantaine de candidats qui avaient répondu à l’appel, cinq ont remporté un siège.


« Les agressions verbales et physiques, et, de manière générale, le manque de respect envers les professionnels des médias dont nous avons été les témoins ces quatre dernières années sont aussi odieux qu’inacceptables, déclare la directrice du bureau États-Unis de RSF, Anna K. Nelson. Nous demandons au président Joe Biden et à la vice-présidente Kamala Harris de prendre des mesures concrètes dès le début de leur mandat pour mettre un terme aux violences contre les journalistes et garantir que les protections prévues par le premier amendement soient respectées en rejoignant cette importante initiative. »


Selon le Baromètre de la liberté de la presse aux États-Unis – dont RSF est partenaire -, pour la seule année 2020, 342 journalistes ont subi une agression et 123 ont été arrêtés pour des motifs liés à leur activité. Ces chiffres s’inscrivent dans un contexte global où, en 2020, 50 journalistes ont été assassinés, dont les deux-tiers dans des pays censés être « en paix », et 387 ont été détenus parce qu’ils exerçaient leur métier.


« Jamais la nécessité d’une forte reprise en main de la sécurité des journalistes et de la garantie de la liberté de la presse à un niveau global ne s’est fait sentir de manière aussi évidente et aussi urgente, souligne la directrice des campagnes internationales de RSF, Rebecca Vincent. Nous appelons le président Biden et la vice-présidente Harris à montrer l’exemple en la matière en agissant de manière concrète et immédiate pour remédier à l’état de la liberté de la presse dans leur pays et restaurer l’image des États-Unis en tant que défenseur de la liberté de la presse dans le monde. »


Les États-Unis se situent à la 45e place sur 180 pays dans le Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2020.


Notes :

Pour en savoir plus sur le #PressFreedomPact, rendez-vous sur la page d’accueil de la campagne ou contactez le directeur des communications de RSF États-Unis, Collin Boyle : [email protected] ou +1 (202) 813-9497, extension 3.

Publié le 20.01.2021
Mise à jour le 20.01.2021