COLLATERAL FREEDOM

Reporters sans frontières débloque 34 sites censurés dans 18 pays.


Comment RSF déjoue la censure ?

L'opération #CollateralFreedom permet de contourner la censure de l’Internet grâce à un dispositif fondé sur la technique du "miroir", consistant à dupliquer les sites censurés et à en héberger des copies sur des serveurs internationaux appartenant à des "géants" du web. Si un pays tente de censurer ces sites, il doit aussi couper l’accès à l’ensemble des sites et services hébergés par ce serveur géant, ce qui provoquerait un important dommage collatéral pour son économie.


Aidez-nous à déjouer la censure sur Internet !
Pour maintenir les « sites miroirs » accessibles, RSF utilise une bande passante qui s’épuisera avec la fréquentation des sites. En faisant un don, chaque internaute contribue au financement de cette bande passante pour prolonger l’accès aux sites débloqués. Nouveau : RSF met à disposition "Censorship detector", une extension permettant d'accéder aux sites dans les pays où ils sont censurés (via Google Chrome ou FireFox).

Les sites débloqués par RSF

Gros plan sur la censure

Azerbaïdjan

Le président Ilham Aliev a tout fait depuis 2014 pour annihiler le pluralisme médiatique. Les principaux sites d’information indépendants sont bloqués dans le pays. Quand ils ne sont pas jetés en prison, les journalistes et blogueurs critiques subissent des pressions, des tentatives de chantage, de corruption. La répression s’exerce même sur ceux qui ont été contraints à l’exil. L’épidémie de coronavirus n’a fait qu’amplifier cette chasse aux voix qui cherchent à décrire la situation réelle dans le pays. Les autorités veulent à tout prix contrôler l’information, via un Cabinet spécial sur le Covid-19. Des reporters sont arrêtés et condamnés pour "violation de la quarantaine". Amendée le 17 mars, la loi sur l’information permet même à présent de poursuivre les propriétaires des médias en ligne qui diffusent du contenu considéré comme inexact ou dangereux. Le bureau du procureur général a également averti les utilisateurs des réseaux sociaux : en cas de diffusion de “fausses informations”, tous les signalements allaient être contrôlés et "les fautifs punis".

168
au Classement mondial de la liberté de la presse 2020
Voir le classement
Site débloqué par RSF