COLLATERAL FREEDOM

Reporters sans frontières débloque 24 sites censurés

A l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre la cybercensure, les internautes du monde entier pourront accéder librement et gratuitement à Ozguruz, le site du journaliste Can Dundar (Turquie), Azathabar (Turkmenistan), Meydan (Azerbaïdjan), Dohanews (Qatar) et Alqst (Arabie saoudite).


Comment RSF déjoue la censure ?


L'opération #CollateralFreedom permet de contourner la censure technologique grâce à un dispositif original fondé sur la technique du "miroir", consistant à dupliquer les sites censurés et à en héberger des copies sur des serveurs de "géants" du web. Impossible pour les autorités de censurer ces sites sans couper l'accès aux "géants" et créer un veritable dommage collateral.

Aidez-nous à déjouer la censure sur Internet !
Pour maintenir les « sites miroirs » accessibles, RSF utilise une bande passante qui s’épuisera avec la fréquentation des sites. En faisant un don, chaque internaute contribue au financement de cette bande passante pour prolonger l’accès aux sites débloqués. Nouveau : RSF met à disposition "Censorship detector", une extension permettant d'accéder aux sites dans les pays où ils sont censurés (via Google Chrome ou FireFox).

Les 15 pays ennemis d'internet

Gros plan sur la censure

Vietnam

Le pouvoir vietnamien ne tolère aucun débat politique en ligne et muselle sans pitié blogueurs et cyberdissidents qui osent remettre en question sa légitimité ou sa politique interne. Son contrôle de l’information en ligne se traduit non seulement par une censure des blogs et réseaux sociaux mais aussi par la mise sous surveillance des journalistes citoyens et le harcèlement judiciaire de ces derniers et de leur famille. Les sites et blogs d’information indépendants sont implacablement bloqués par des pare-feux et leurs propriétaires sont souvent arrêtés ou exposés à des ennuis considérables si leurs publications diffèrent de la vision propagée par le Parti communiste. La plupart des entreprises du Net et fournisseurs d’accès appartiennent à l’Etat et sont ainsi les premiers surveillants du Net, bloquant notamment les sites en fonction des noms de domaine. Il est fréquent que les mots de passe soient piratés et les connexions ralenties les jours d’arrestations et de procès de dissidents. La navigation sur l’Internet mobile est également soumise à une surveillance rigoureuse, l’Etat contrôlant les trois principaux opérateurs.

175
au Classement mondial de la liberté de la presse 2017
Voir le classement
Sites débloqués par RSF