Analyses


  • Classement RSF 2019 : les journalistes du Moyen-Orient délibérément visés

    L’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi en octobre 2018 a jeté une lumière crue sur les risques encourus par les journalistes de la région quand ils ne se conforment pas aux injonctions au silence ou à la propagande étatique. La répression des régimes autoritaires, les conflits, le nombre de journalistes tués, menacés et réduits au silence ou à l’exil font une nouvelle fois figurer la plupart des pays du Moyen-Orient dans les plus mauvaises places du Classement mondial de la liberté de la presse.