Azerbaïdjan: RSF est révolté par la condamnation définitive du journaliste Elchin Hasanov

Reporters sans frontières (RSF) réprouve la condamnation en appel du journaliste azerbaïdjanais Elchin Hasanov ce mercredi 27 juillet 2016. Jugé pour une affaire de “hooliganisme” fabriquée de toutes pièces, Elchin Hasanov a été condamné à reverser une partie de son salaire durant un an.

RSF est indignée par la condamnation en appel d’Elchin Hasanov. Le journaliste, suite à une campagne de diffamation menée contre lui, avait rencontré l’un des auteurs des attaques pour lui demander de cesser ses calomnies. Au cours de cette rencontre, ce dernier l’a agressé verbalement et physiquement, comme en atteste un certificat médical. Elchin Hasanov a immédiatement porté plainte, mais a vu toute l’affaire se retourner contre lui en l’espace de deux mois.


Après sa déposition, la police la commencé par lui interdire de quitter le territoire. Quelque temps après, au lendemain d’une publication du journaliste dénonçant la vente au marché noir de denrées réservées à l’armée, le journaliste plaignant s’est retrouvé par un tour de passe-passe sur le banc des accusés, passant du statut d’agressé à celui d’agresseur. Le chef d’inculpation s’est transformé en “attaque à l’arme blanche”, pour lequel le procureur a requis trois ans et demi de prison ferme. Devant l’absence de preuves, la charge est rapidement passée à “hooliganisme”. Le juge a reconnu Elchin Hasanov coupable et l’a condamné à un an de travaux d’intérêt général, ce qui revient en Azerbaïdjan à reverser chaque mois un pourcentage de son salaire. Cette condamnation vient d’être confirmée en appel.


“Nous sommes scandalisés par ce jugement qui condamne M. Hasanov à l’indigence, a déclaré Johann Bihr, responsable du bureau Europe de l’Est et Asie centrale de RSF. Nous ne connaissons que trop bien les méthodes du gouvernement azerbaïdjanais qui instrumentalise sans vergogne le pouvoir judiciaire pour faire taire les journalistes indépendants. Ces procédés doivent cesser.”


Les accusations de “hooliganisme”, d’agression ou de possession de drogue sont des procédés malheureusement très courants en Azerbaïdjan. A l’heure actuelle, RSF recense au moins sept journalistes et blogueurs emprisonnés en raison de leurs publications, sur des accusations montées de toutes pièces. Le plus célèbre d’entre eux, Seymour Hazi, présentateur de l’émission Azerbaican Saati, a été condamné à cinq ans de réclusion pour avoir soi-disant agressé un homme à un arrêt de bus à l’aide d’une bouteille en plastique. Il a déjà purgé près de deux ans et demi de sa peine.


L’Azerbaïdjan occupe la 163e place sur 180 pays dans le Classement mondial 2016 de la liberté de la presse, publié par RSF.

Publié le 28.07.2016
Mise à jour le 28.07.2016