Actualités

16 décembre 2002 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Violences policières contre un cameraman d'ATN


Samedi 14 décembre, Libasse Ndiaye, cameraman d'African Television News (ATN) et correspondant de AITV, a été victime de violences policières alors qu'il filmait la marche des familles des victimes du naufrage du bateau "Le Joola" à Dakar. "Afin qu'elles ne puissent pas être soupçonnées de cautionner l'agression policière qu'un journaliste vient de subir, nous appelons les autorités sénégalaises à condamner publiquement cette atteinte à liberté de la presse. Une enquête doit être immédiate ouverte pour établir les responsabilités et sanctionner le ou les auteurs de ce grave incident", a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de Reporters sans frontières dans une lettre adressée au ministre sénégalais de l'Intérieur, M. Mamadou Niang. "Reporters sans frontières se joint au Syndicat des professionnels de l'information et de la communication du Sénégal (SYNPICS) pour déplorer une telle brutalité de la part des forces de l'ordre dans un pays, par ailleurs, respectueux de la liberté de la presse", a-t-il ajouté. Le journaliste Libasse Ndiaye est en train de filmer, à Dakar, la cérémonie de prière organisée par le collectif des familles des victimes du naufrage du "Joola", lorsqu'il est tout d'abord insulté, puis frappé à coup de crosse au visage par un membre des forces de l'ordre. Selon les témoins, l'agression s'est produite loin des échauffourées entre manifestants et policiers, alors que le journaliste, muni de sa caméra, est clairement identifiable en tant que tel. Il souffre d'une hémorragie interne à l'œil gauche, et a été conduit dans un hôpital de Dakar où il doit encore être soigné pendant au moins quarante-huit heures.