Actualités

4 septembre 2014 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Veracruz: le journaliste Ignacio Domínguez sort indemne d’un attentat à son domicile


Des inconnus ont tiré sur le domicile du directeur du journal Tinta Verde, Ignacio Domínguez, le 2 septembre 2014 à Xalapa, capitale de l’État de Veracruz. Le journaliste mexicain Ignacio Domínguez et sa famille ont été réveillés le matin du 2 septembre par plusieurs coups de feu. Les tirs ont transpercé les murs et sur le seuil de la porte, les auteurs de l’attentat ont laissé une tête décapité d’un cochon avec un message menaçant le journaliste - une pratique prisée des narcotraffiquants. Ignacio Domínguez a prévenu les autorités qui ont immédiatement envoyé des agents de police, mais aucune piste sur l’identité des agresseurs n’a été trouvé jusqu’à présent. Ignacio Domínguez est le directeur du journal Tinta Verde, un hebdomadaire spécialisé sur les questions liées à l’agriculture et à l’élevage dans l’État de Veracruz. Le journal peut être critique à l’égard de certaines politiques du gouvernement, mais d’après le journaliste, le journal ne publie pas d’articles sur des affaires criminelles ou d’autres sujets particulièrement sensibles. Le seul incident rapporté par le directeur du média aurait eu lieu le 28 août dernier lors d’un congrès de la Confédération nationale des paysans (CNC) à Guadalajara, au cours duquel le député Edgar Días Fuentes aurait proféré des menaces à son encontre suite à une série d’articles publiés par Tinta Verde.Le message de menace laissé à l’attention du journaliste ne pourrait être plus clair, déclare Camille Soulier, responsable du bureau Amériques de l’organisation. La piste professionnelle ne doit pas être écartée dans cette affaire. Nous demandons que l’enquête soit menée par les autorités fédérales, et la mise en place de mesures de protection pour Ignacio Domínguez et sa famille.” Le Mexique et l’un des pays les plus meurtriers pour les professionnels de l’information. Au moins sept journalistes ont été assassinés depuis le début de l’année 2014. Le 2 septembre également, le journaliste de la revue Sucesos, Victor Pérez Pérez, a été abattu par balles devant son domicile dans l’État du Chihuahua, frontalier des États-Unis. Deux semaine plus tôt, le 13 août dernier, la police a retrouvé le corps d’Adrián Gaona Belmonte, collaborateur de la radio La Caliente à Reynosa, dans l’État de Tamaulipas. Le journaliste avait été dépouillé de ses documents et a été identifié par sa famille. Les autorités n’ont toujours pas de piste sur les responsables ou le mobile des assassins. Le Mexique est 152ème sur 180 pays dans le Classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières.