Actualités

9 juillet 2015 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Une journaliste croate menacée de mort, RSF appelle les autorités à réagir


La journaliste croate Katarina Maric Banje a reçu, dimanche 5 juillet, des menaces de mort dans une lettre envoyée à la rédaction de son journal. Reporters sans frontières (RSF) demande aux autorités d’assurer sa protection.
Il est midi passé, ce dimanche 5 juillet, quand la journaliste croate Katarina Maric Banje reçoit, à la rédaction du quotidien Slobodna Dalmacija, une lettre sur laquelle est écrit son nom en lettres manuscrites. Elle peut y lire : “Vous êtes aussi nuisible qu’un serpent et vous finirez comme Curuvija”, du nom du journaliste serbe qui a été tué devant chez lui, le 11 avril 1999 à Belgrade, par deux inconnus. La journaliste, qui travaille pour la rubrique des faits divers, a immédiatement prévenu la police et affirme n’avoir aucune idée de l’auteur de ce courrier. “RSF condamne fermement ces menaces et rappelle aux autorités croates qu’il est de leur devoir d’assurer la sécurité des journalistes, déclare Virginie Dangles, rédactrice en chef de RSF. Les autorités doivent mener une enquête approfondie pour retrouver et condamner les auteurs de ces messages d’intimidation. La lutte contre l’impunité est la seule issue possible pour faire cesser les attaques contre les journalistes dans le pays.” L’organisation déplore le climat de violence dans lequel travaillent les journalistes en Croatie depuis plusieurs mois. Le journaliste d’investigation Zeljko Peratovic, également correspondant pour RSF, avait été agressé devant son domicile le 28 mai dernier. En février 2015, une poupée à l’effigie du journaliste Ante Tomic avait été brûlée en place publique. La Croatie se situe à la 58ème position sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse 2015.